Industrie pharmaceutique

Saham met son laboratoire pharmaceutique en vente

Le démantèlement du Pôle Santé du groupe Saham s’accélère.


En effet, après avoir vendu à la découpe Meden Healthcare (le réseau de cliniques privées Evya) dont la majeure partie a été raflée par l’homme d’affaires Mohamed Kabbaj (propriétaire de l’Université Privée de Marrakech), le groupe contrôlé par Moulay Hafid Elalamy cherche à se départir également de Saham Pharma. Aussi, une banque d’affaires a été mandatée pour trouver un repreneur à ce laboratoire pharmaceutique créé en 2011 et qui avait démarré ses activités en acquérant, la même année, le site de fabrication d’Aïn Aouda (près de Casablanca) de GSK Maroc, filiale du géant britannique GlaxoSmithKline. Selon des sources proches du dossier, la mise en vente de la plus ancienne entité du pôle Saham Santé devrait permettre à son actionnaire d’empocher plus de 350 millions de DH au vu du chiffre d’affaires réalisé (autour de 200 millions de DH) et de la bonne rentabilité générée. Elle devrait aussi permettre au groupe Saham de parachever son désengagement du secteur de la santé après qu’il y ait investi près d’un milliard de DH en quelques années seulement entre création ex-nihilo (comme l’hôpital privé de Marrakech) et acquisition à tour de bras (à l’instar de clinique Yasmine et clinique Ghandi à Casablanca). Un parachèvement qui n’aura pas été, toutefois, des plus glorieux car la création de valeur par ce pôle s’avère finalement nettement inférieure à la prouesse réalisée par l’actuel ministre de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Économie numérique dans le secteur financier où la cession en cours de Saham Finance (au sud-africain Sanlam) est en passe de lui assurer une plus-value des plus alléchantes (plusieurs milliards de DH pour un investissement initial en fonds propres d’à peine plusieurs centaines de millions de DH à partir de 2005).

Rappelons que Saham produit pour le compte de GSK plusieurs médicaments dans le cadre d’un contrat de façonnage mais dispose aussi par ailleurs d’un portefeuille d’AMM (autorisations de mise sur le marché) qui couvre un large spectre de pathologie (oncologie, hématologie, insuffisance rénale…). La société exporte depuis quelques années vers une demi-douzaine de pays en Afrique (Mauritanie, Gabon, Sénégal..).

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Il fait l’actu : Mahfoud Chafik Filali, président par intérim du CRT de Souss-Massa

Article suivant

Installation du directeur de l'Agence urbaine de Casablanca