Actualité

Sahara: le Maroc donne son accord pour la nomination de l’Envoyé spécial de l’ONU, Staffan de Mistura

Le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a entamé hier, mardi, des consultations auprès des membres du Conseil de Sécurité pour la nomination de l’italo-suédois, Staffan de Mistura en tant que son Envoyé Personnel pour le Sahara marocain.


Une informations confirmée à la MAP par l’ambassadeur, Représentant permanent du Maroc auprès de l’ONU, Omar Hilale. Consulté au sujet de cette nomination, le Maroc a notifié son accord à Antonio Guterres.

Si la proposition du SG de l’ONU est retenue, de Mistura sera le cinquième émissaire de l’organisation onusienne. L’ONU a pour rappel déjà nommé quatre médiateurs pour tenter de régler, en vain, ce conflit. Il s’agit des deux américains James Baker et Christopher Ross, de l’ancien président allemand, Horst Kohler et du hollandais Peter Van Walssun.

Lire aussi |C24. L’ambassadeur Hilale démystifie le pseudo statut d’observateur de l’Algérie dans la question du Sahara marocain

Selon Omar Hilale, ces consultations sont effectivement en cours. L’annonce de la nomination de M. Staffan de Mistura se fera dans les prochains jours, après l’aval des membres du Conseil de Sécurité. Le Maroc a été consulté au préalable au sujet de cette nomination et a déjà notifié son accord à M. Antonio Guterres selon Omar Hilale. « L’accord du Maroc émane de sa confiance permanente et son soutien constant aux efforts du Secrétaire général de l’ONU, pour parvenir à une solution politique, réaliste, pragmatique, durable et de compromis au différend régional sur le Sahara marocain.Une fois nommé, nous l’espérons bien, M. de Mistura pourra compter sur la coopération et le soutien, sans faille, du Maroc dans la mise en œuvre de sa facilitation pour le règlement de ce différend régional, et ce conformément aux résolutions du Conseil de Sécurité depuis 2007, notamment les résolutions 2440, 2468, 2494 et 2548, qui ont consacré le processus de Tables Rondes avec ses quatre participants et ses modalités. »

Omar Hilale a également souligné que le Maroc, par-delà la personnalité qui occupe le poste d’Envoyé Personnel, demeure, comme il l’a toujours été, résolument attaché au processus exclusivement onusien, afin de parvenir à une solution politique, réaliste, pragmatique, durable et de compromis au différend artificiel au sujet du Sahara marocain, et ce conformément aux résolutions du Conseil de Sécurité depuis 2007, lesquelles considèrent l’Initiative d’Autonomie comme la solution sérieuse et crédible à la question du Sahara marocain. A cet égard, le Royaume du Maroc a solennellement réaffirmé durant les deux précédentes Tables Rondes de Genève, en présence des ministres algériens Lamssahel, puis Laamamra, que la solution au différend sur le Sahara marocain ne saura être que l’Autonomie, rien que l’Autonomie et uniquement l’Autonomie, et ce dans le cadre de la souveraineté et de l’intégrité territoriale marocaines.

Lire aussi |Pour une relance africaine, verte, inclusive et résiliente

Staffan de Mistura, né le 25 janvier 1947 à Stockholm, est un diplomate italo-suédois, fonctionnaire des Nations Unies et ancien membre du gouvernement italien. De 2014 à 2019, il a été Envoyé spécial des Nations unies pour la Syrie. Parmi les postes précédents de Staffan De Mistura à l’ONU figurent notamment celui de Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies en Irak (2007-2009) et en Afghanistan (2010-2011), Représentant personnel du Secrétaire général pour le Sud-Liban (2001-2004) et Directeur du Centre d’information des Nations unies à Rome (2000-2001). Ses missions l’ont notamment conduit à se rendre en Afghanistan, en Iraq, au Rwanda, en Somalie, au Soudan ou encore en ex-Yougoslavie. À la tête de près d’une trentaine de missions des Nations unies (ONU), Staffan de Mistura a encouragé le dialogue politique, dirigé les efforts d’assistance humanitaire, de développement, de reconstruction ou encore encadré la supervision d’élections.

 
Article précédent

Pour une relance africaine, verte, inclusive et résiliente

Article suivant

Saiss Lait, un ex-fleuron industriel qui vit ses dernières heures