Politique

Sahara marocain : Au tour des militaires de la Minurso de plier bagages

Le Maroc a demandé, ce lundi 21 mars, à l’ONU de fermer un bureau de liaison militaire de la Minurso. Selon Farhan Haq, porte-parole adjoint de l’ONU, »c’est la première demande visant directement la composante militaire de la Minurso ». Plutôt dimanche, une grande partie des experts civils internationaux de la Minurso a quitté le territoire marocain. Il s’agit de 70 personnes de différents statuts dépendant de l’ONU et de trois civils dépendant de l’Union africaine. La liste comprend notamment les six spécialistes du déminage de la mission et deux sous-traitants. Le Maroc avait initialement donné les noms de 81 employés civils expatriés de l’ONU mais onze ne travaillaient plus pour la Mission. Les civils expulsés ont été installés à Las Palmas (Canaries) ou sont en congés dans leur pays d’origine, a précisé le porte-parole. L’ONU a accepté qu’ils partent « pour des raisons logistiques et de sécurité ».


Des responsables de l’ONU et du Conseil de sécurité continuent de négocier avec Rabat une « solution mutuellement acceptable » à cette querelle. Le secrétaire général Ban Ki-moon devait en discuter lundi avec les ambassadeurs des 15 pays du Conseil. Le porte-parole a aussi réaffirmé que sans les experts expulsés, la mission ne pourrait bientôt plus remplir son mandat. Outre les militaires de la Minurso, il ne reste sur place que 27 civils qui ne peuvent assumer « qu’une petite partie » des tâches.

Le porte-parole a une nouvelle fois accusé le Maroc de faillir à ses obligations internationales. « Nous espérons que le Maroc comprendra que ce comportement ne peut pas être toléré », a-t-il affirmé en demandant « un soutien fort et uni » du Conseil de sécurité. Si la mission ne peut plus fonctionner, a-t-il estimé, « il y aura un risque réel d’une escalade de la tension et peut-être même de conflit ».

Saisi de l’affaire jeudi dernier, le Conseil de sécurité n’avait pas réussi à adopter une position commune, laissant à chacun de ses membres le soin de traiter individuellement avec le Maroc pour tenter d’apaiser cette querelle.

 
Article précédent

Bank of China fait du Maroc son hub pour l’Afrique francophone

Article suivant

Explosions mortelles : Bruxelles en état d’alerte