Politique

Sahara marocain : L’UE opte désormais pour le réalisme

L’Union européenne vient d’infliger un revers cinglant historique aux ennemis de l’unité et de l’intégrité territoriale du Royaume en mettant en avant la solution politique basée sur le réalisme et le compromis et en faisant référence à la dernière résolution onusienne.


La nouvelle position de l’Union européenne sur la question nationale, exprimée unanimement et consignée dans un document inédit dans l’histoire des relations bilatérales, fait bouger les lignes. Dans «la Déclaration Politique Conjointe » publiée à l’issue de la 14ème session du Conseil d’Association Maroc-Union européenne, tenue jeudi à Bruxelles, l’UE souligne «les efforts sérieux et crédibles » menés par le Maroc pour le règlement définitif de la question du Sahara marocain.

Avec ce changement de paradigme, l’UE consacre ainsi la prééminence de la proposition marocaine d’autonomie comme étant la solution la plus crédible, la plus réaliste et la plus viable à ce conflit régional artificiel. Tout comme le Conseil de sécurité de l’ONU, la nouvelle position de l’UE exclut définitivement tout débat autour de concepts frappés de caducité et dont se gargarisent l’Algérie et le polisario. Elle plaide désormais en faveur d’«une solution politique, juste, réaliste, pragmatique, durable et mutuellement acceptable à la question du Sahara» et « qui repose sur le compromis».

Lire aussi : Le Parlement européen adopte en plénière l’accord agricole Maroc-UE

Finis donc le mythe du «référendum», la farce de «l’autodétermination» ou encore la supercherie d’ «un peuple sahraoui» qui n’existe que dans l’imaginaire de ceux qui l’ont inventé de toutes pièces. La littérature européenne a été nettoyée de ce jargon ridicule et toxique car l’Union européenne s’est rendue compte que les sponsors de ces thèses fallacieuses ne servent ni la paix, ni l’intégration, ni l’avenir du Maghreb, mais plutôt les vils desseins du séparatisme et de la division.

Elle a découvert elle-même que les véritables représentants de la population sahraouie sont ceux-là même avec qui elle a négocié ses accords commerciaux. Que ce soit au Parlement européen ou à l’occasion de réunions techniques ou de visites sur le terrain, l’Union européenne s’est arrêtée sur les projets in situ. Elle a vu comment la démocratie participative se déploie, se revitalise et se renforce. Elle est venue, vu et entendu comment le Maroc s’emploie avec rigueur et responsabilité à améliorer le quotidien des Sahraouis marocains, tout comme leurs concitoyens de l’ensemble du Royaume, à travers des programmes de développements intégrés et inclusifs mettant l’élément humain au centre de toutes les préoccupations.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Start-up : Lancement de l’appel à projets du programme "Impulse"

Article suivant

Elle fait l'actu : Karima Benyaich, ambassadeur du Maroc à Madrid