Régionalisation avancée

Salubrité publique : Les collectivités territoriales renforcent leurs compétences

Les collectivités territoriales veulent améliorer les services liés à l’hygiène et à la salubrité publiques. Pour ce faire, elles viennent de signer un partenariat avec l’Institut Pasteur du Maroc.


La convention de partenariat liant les deux parties a été signée le 17 janvier à Rabat par la Direction générale des collectivités locales (DGCL) et l’Institut Pasteur du Maroc. En vertu du partenariat, l’Institut Pasteur appuiera la stratégie d’accompagnement des collectivités territoriales et renforcera leurs capacités dans le domaine de l’hygiène et de la salubrité publiques.

En clair, cette convention met en place un plan d’actions à travers lequel l’Institut Pasteur mobilisera ses compétences et son expertise technique et scientifique pour accompagner la DGCL et ce, notamment dans la concrétisation de son plan d’encadrement et d’accompagnement dans le but de développer les capacités des collectivités territoriales pour qu’elles puissent accomplir leurs missions avec efficacité dans le cadre du chantier de la régionalisation avancée.

Lire aussi: Un excédent global de 6 milliards de DH dégagé à fin novembre 2019

De même, l’Institut Pasteur apportera un soutien technique, à travers la formation et le développement des capacités de tous les intervenants au niveau des collectivités locales, en ce qui concerne la lutte contre les maladies et les facteurs liés à l’hygiène et à l’environnement et qui sont susceptibles de poser des risques sur la santé.

Soulignons que dans le cadre des efforts déployés pour accompagner et soutenir les collectivités territoriales dans l’exercice de leurs compétences, la DGCL a reçu une délégation de l’Institut Pasteur France qui a présenté un projet de partenariat autour de la surveillance et du contrôle de la rage, en vue d’une intervention efficace et rapide sur la base de l’optimisation des moyens de lutte et du renforcement des capacités des acteurs.

 
Article précédent

Vacances scolaires : les conseils d’ADM

Article suivant

Adel El Fakir : "Casablanca-Pékin aura un impact positif sur le tourisme marocain"