Blog de Jamal Berraoui

« Sans la rigueur, pas de développement » par ( Jamal Berraoui )

L’un de nos confrères arabophones a publié un véritable scoop. Cette fois, il ne s’agit pas de rumeurs, mais d’un rapport interne à la société des autoroutes établissant que la société turque en charge de la construction du tronçon El Jadida-Safi, n’utilise pas les matériaux prévus par le cahier des charges. Dans un développement surprenant, les auteurs du rapport auraient eu des problèmes administratifs, parce que soupçonnés d’avoir organisé la fuite vers la presse. On suivra cette affaire, mais notons que ce n’est pas la première affaire du genre. 


Une société turque, (encore une fois, mais il ne faut en tirer aucune conclusion abusive), a rompu le contrat de gestion des abattoirs de Casablanca, sans donner de délais aux usagers. Les contrats de gestion déléguée, dans le ramassage des ordures notamment, sont en majorité forclos, parce que les entreprises étrangères n’ont pas respecté leurs engagements. 

L’ouverture à l’international est inévitable, mais pas à n’importe quelles conditions. Notre problème, c’est que nous n’inquiétons jamais l’autorité censée exercer le contrôle. Il n’est pas normal d’attendre 6 ans pour se rendre compte que le service rendu n’est pas aux normes souhaitées. 

Dans certaines villes, la personne chargée du contrôle par le bureau municipal est rétribuée… par le délégataire au vu et au su de tout le monde. Difficile alors d’imaginer que le contrôle soit excessivement serré. 

Le résultat, ce sont des services publics en piteux états, tout en étant très coûteux et des entreprises qui se retirent sans opérer les investissements prévus, tout en empochant leur dû. C’est de la gabegie pure et simple. Or, personne n’a été sanctionné ! Les mêmes élus paradent devant les caméras, pour nous expliquer que désormais, les services publics seront au top. Or, ce sont les mêmes élus qui avaient choisi les sociétés défaillantes, qui n’ont pas su contrôler la qualité de leurs prestations, ni défendre les intérêts des communes. Un tel laxisme est un véritable handicap et ne peut que retarder l’émergence du pays. Il y a un moyen de sanctionner les incapables. Utiliser les bulletins de vote pour les mettre dehors. Encore faut-il que les citoyens soient conscients des enjeux des prochaines élections.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Nab fait le buzz : Trois heures d'humour non stop chaque matin sur les ondes de Radio MFM

Article suivant

1ère édition du Forum économique Maroc-Guinée : Cap Guinée : une économie à construire, des opportunités à saisir