Pandémie

Santé: le coronavirus entraînerait des dommages cérébraux sévères

Le Coronavirus affecterait-il le cerveau ? En tous cas, des chercheurs de l’University College de Londres décrivent dans une publication parue dans la revue scientifique Brain plusieurs cas de patients atteint du Covid-19 présentant une inflammation cérébrale rare. Les détails.


Les séquelles du coronavirus sur les personnes l’ayant contracté et ayant été guéries ne sont pas encore totalement connues. Selon des médecins anglais, plusieurs cas de différents dommages cérébraux ont été observés chez des certains patients souffrant du Covid-19. En effet, des chercheurs de l’University College de Londres décrivent dans une publication parue dans la revue scientifique Brain plusieurs cas de patients atteint du Covid-19 présentant une inflammation cérébrale rare. Le SARS-CoV-2 serait donc le déclencheur d’une réaction inflammatoire intense qui abîme plusieurs organes. Selon le docteur Michael Zandi, un nombre plus important de personnes avec des affections neurologiques, comme une inflammation cérébrale, qui ne sont pas toujours corrélées à la gravité des symptômes respiratoires a été identifié. Soulignons que cette étude a été réalisée sur 43 patients âgés de 16 à 65 ans, pris en charge au National Hospital for Neurology and Neurosurgery à Londres.

Lire aussi| Reprise des vols internationaux : le Maroc négocie avec l’Union européenne

Selon les auteurs de l’étude, l’infection au coronavirus a été avérée pour 29 d’entre eux, et pour les autres, elle n’a pas été formellement confirmée mais reste probable pour 8 personnes ou possible pour 6 personnes. Ils indiquent aussi que parmi les affections cérébrales identifiées dans ce groupe, figure l’encéphalomyélite aiguë disséminée ou EMAD. « Habituellement, les médecins londoniens ne traitent qu’un seul patient chaque mois pour cette affection, mais les cas ont augmenté avec l’épidémie de coronavirus. Sur 43 cas considérés dans l’étude, 12 souffrent d’une EMAD », révèle l’étude. On apprend aussi qu’il y a eu un patient qui a été admis à l’hôpital avec, pour seul symptôme, une affection neurologique et aucun syndrome respiratoire aiguë, mais qu’ il a été testé positif au coronavirus par la suite. Rappelons que l’EMAD est connue pour apparaître entre 2 à 30 jours après une infection virale. Toutefois, l’étude indique que le coronavirus n’attaquerait pas directement le cerveau et que les mécanismes précis qui conduisent à l’apparition de l’EMAD après une infection au coronavirus doivent encore être éclaircis.

Lire aussi| RAM : voici le nouveau programme des vols internationaux

Notons que les autres patients considérés présentent des problèmes tout aussi inquiétants. D’ailleurs, dix d’entre eux ont souffert d’une encéphalopathie transitoire accompagnée pour certains d’épisodes de délire. On note que huit autres ont fait un accident vasculaire cérébrale et les huit derniers ont présenté des symptômes comparables au syndrome de Guillain-Barré. « Voilà encore une nouvelle piste à explorer parmi la liste, déjà longue, des conséquences sur l’organisme du Covid-19, une maladie qui n’en finit pas de se complexifier. D’autres études seront nécessaires pour comprendre les conséquences neurologiques à long terme de l’infection au SARS-Cov-2 », indique l’étude.

Soulignons que d’autres études confirment de plus en plus la piste de l’inflammation du cerveau. En effet, dans la revue de l’Association de médecine américaine (JAMA), on apprend que des médecins ont rapporté la semaine dernière que 36 % de 214 patients chinois avaient des symptômes neurologiques, allant de la perte d’odorat à des douleurs nerveuses, et jusqu’à des crises convulsives et des accidents vasculaires cérébraux (AVC). De même, dans le New England Journal of Medecine, la revue médicale américaine la plus cotée, des médecins français à Strasbourg ont décrit que plus de la moitié de 58 patients en réanimation étaient confus ou agités et que des scanners des cerveaux ont révélé de possibles inflammations.

On apprend que les virologues ne sont pas totalement surpris que le nouveau coronavirus, SARS-CoV-2, puisse affecter le cerveau et le système nerveux, puisque ce lien a été observé avec d’autres virus, notamment le virus du sida, (VIH). On apprend que pour éclaircir ces mystères, Jennifer Frontera, qui enseigne à l’école de médecine de l’université de New York, collabore à un projet de recherche international visant à standardiser la collecte de données. Notons que sa propre équipe a consigné des cas de crises convulsives chez des patients Covid-19 qui n’en avaient jamais fait avant de tomber malades. Il est à noter aussi que les chercheurs ont également observé de minuscules hémorragies cérébrales qualifiées d’inédites. « Nous voyons beaucoup de patients dans des états de confusion », a assuré à l’AFP Rohan Arora, neurologue à l’hôpital Long Island Jewish Forest Hills. Selon lui, 40 % des rescapés du coronavirus sont concernés. « On ignore si ces troubles sont durables », conclut-il.

 
Article précédent

Tourisme : la Tunisie et l’Egypte prennent de l’avance sur le Maroc

Article suivant

Coronavirus : 136 nouveaux cas, 15.464 cas au total, samedi 11 juillet à 10h