Santé

Nouvelle ville de Zénata : Saudi German Hospital prévoit un pôle de santé

Quelques mois après avoir signé avec l’Etat marocain une convention de développement et de gestion du pôle Santé de l’Eco-Cité Zenata (à Casablanca), le groupe saoudien Saudi German Hospital (SGH) lève une dette importante auprès de la Société Financière Internationale (SFI) pour financer son projet de développement au Maroc.


La filiale de la Banque mondiale compte apporter quelque 65 millions de dollars (plus de 600 millions de dirhams), dont près de la moitié sous forme de dette convertible en actions préférentielles à Humania, une holding périphérique que le groupe saoudien a mis en place pour développer un réseau d’hôpitaux privés au Pakistan et en Afrique du Nord, dont la gestion et l’exploitation seront confiées à SGH.

Il faut dire qu’avec ses 300 lits et 6 blocs de spécialités, le pôle Santé Zenata représente à lui seul près de la moitié des lits en développement par Humania en Egypte, au Maroc et au Pakistan. Outre les soins médicaux aux standards internationaux (sanctionnés par une accréditation «Joint Commission International»), l’hôpital privé comprendra une offre complémentaire intégrant une université médicale, de la formation paramédicale, des résidences pour le personnel médical et pour les étudiants de l’université, une tour médicale pour les cabinets de médecins libéraux, ainsi qu’une offre hôtelière (hôtel et appartements-hôtel). Ce pôle Santé fonctionnera en synergie avec les 3 autres activités de services à forte valeur ajoutée de la ville, à savoir le pôle Education, le pôle commercial et le pôle logistique.

Rappelons que Bait Al Batterjee, holding mère de SGH Group, est le leader des établissements de soins privés dans la région MENA avec seize établissements de santé répartis entre six pays pour un total de 6.000 lits et 15.000 salariés.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

AC Milan : Gennaro Gattuso annonce sa démission

Article suivant

Cybercriminalité : le Maroc est-il sécurisé ?