Dossier

Schistes bitumineux Pas encore convaincants

L’ONHYM a préparé un projet de loi amendant le code des hydrocarbures pour y inclure les schistes qui permettent d’extraire des hydrocarbures liquides et gazeux.
 


Hormis l’exploration pétrolière onshore ou offshore, il existe d’autres ressources  qui peuvent procurer
du pétrole. Et le Maroc est classé sixième dans le monde comme pays ayant un potentiel important des schistes bitumineux,  ces roches qui contiennent du kérogène qui peut être converti, par un process chimique intitulé pyrolyse, en pétrole.  

L’exploitation de cette piste a débuté en 2005. Les pouvoirs publics, via l’Office National des Hydrocarbures et des Mines  (Onhym), ont décidé d’introduire cette ressource dans la stratégie d’exploration. L’Office  s’est allié pour cela à des partenaires étrangers, des sociétés pétrolières et ou des sociétés détentrices de procédés de  valorisation des schistes. Parmi elles, on peut citer celles qui ont choisi Tarfaya comme San  Leaon Energy PLC, Abu Dhabi  National Energy Company «Taqa», Ies Irkoutskenergostoroy ou l’Office National de  l’Electricité (ONE) et Timahdit avec Kerogen Research & Exploration Ltd. Trois gisements sont aujourd’hui localisés à Tanger, Timahdit et Tarfaya.

La suite de cet article est disponible dans le Challenge #408, actuellement en kiosque. L’article complet sera mis en ligne le vendredi 1er Février.

 
Article précédent

Amina Benkhadra: "Aboutir à des découvertes à la hauteur de nos ambitions"

Article suivant

Solaire: Le plan prend corps