Auto

Scooters électriques e-moto tisse sa toile

Opérateur spécialisé dans la commercialisation d’engins à mobilité propre, e-moto.ma s’attaque au segment des deux-roues 100 % électriques. Un produit dédié aux particuliers et aux entreprises et qui mise notamment sur un coût d’utilisation très attractif. 


Le marché du scooter 100 % électrique a le vent en poupe dans le Royaume. Plusieurs opérateurs locaux ont d’ailleurs investi le créneau, ayant pris leur bâton de pèlerin avec la ferme intention de convertir particuliers et professionnels aux vertus bénéfiques de ce type d’engin, notamment sur le plan financier. C’est le cas d’e-moto.ma, l’importateur exclusif des marques Lvneng et Sunra (deux constructeurs chinois réputés dans le domaine) qui, depuis fin 2018, poursuit son incursion dans le segment. «Nous nous sommes rendu compte, quelques années auparavant, de l’intérêt grandissant accordé par les populations asiatiques aux deux-roues électriques qui surfent pleinement dans ces régions sur la vague du succès», nous explique Brahim Lazrak. Et le Directeur d’e-moto.ma de poursuivre: «dès lors, pourquoi ne pas investir ce créneau dans le Royaume d’autant que sur le marché du scooter électrique, la demande existe et le potentiel de développement est réel». L’opérateur qui table sur trois nouveaux modèles Lvneng, à savoir le S4, le X1 et le S5 et le modèle Grace de Sunra, pour étendre ses ambitions commerciales. Des machines qui se voient animées par un moteur électrique d’origine Bosch et dont la grille tarifaire oscille entre 14 900 et 25 400 DH. Et notre interlocuteur de préciser : «nos scooters sont homologués par le Centre National d’Essais et d’Homologation et nous répondons clairement à un cahier des charges précis»

Dépasser les préjugés 

Le tout électrique est-il à même de séduire l’acheteur dans la catégorie des scooters ? «La clientèle se montre très réceptive par rapport aux avantages offerts par ces moteurs propres en comparaison des blocs thermiques», renchérit Brahim Lazrak. Puisque l’on évoque le chapitre budget, ces engins sont réputés économiques, leur coût en électricité par charge ne dépassant pas, selon le Directeur d’e-moto, les 2 DH. Ce qui revient à dire que le coût réel pour effectuer 100 km au guidon de l’engin est au maximum de 4 DH. Une somme qui, toujours selon M. Lazrak, est à opposer au 35 DH que réclame un engin thermique pour abattre 100 km sur le routier. Autre argument de taille venant alléger la facture en matière d’entretien, l’achat de consommables (huile, filtre, bougie, pièces détachées liées au moteur) n’est plus aussi important ; de quoi réaliser de franches économies. Seule contrainte : la recharge de la batterie qui s’effectue via une prise de courant classique de 220 volts (durée charge estimée à 6 heures). Sous la selle, la gamme des machines d’e-moto dispose d’une batterie amovible lithium-ion déclinée de deux façons: l’une disposant d’une autonomie de 50 km à 70 km, quand l’autre peut grimper jusqu’à 100 km.

Tribune et Débats

La tribune qui vous parle d’une actu, d’un sujet qui fait débat, les traitent et les analysent. Économistes et autres experts, patrons d’entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s’y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.

Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.

 
Article précédent

Vidéo. Footsal : le Maroc conserve son titre de champion d'Afrique

Article suivant

Nouveauté Jeep Cherokee Roulez jeunesse !