Patronat

Secteur privé : La CGEM et la BAD, main dans la main

C’est une première sur tout le continent africain. Le patronat marocain vient de signer un partenariat avec la Banque Africaine de Développement (BAD). En vertu de cet accord, la BAD entend accompagner activement le développement des entreprises marocaines en Afrique subsaharienne. 


 

Le groupe de la Banque Africaine de Développement et la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) ont, en effet, signé le 21 juin à Casablanca, un accord de don de 560.000 dollars en vue de renforcer le rôle du secteur privé marocain dans la dynamique d’intégration du Royaume sur le continent.

L’objectif principal de ce partenariat est d’accompagner activement le développement des entreprises marocaines en Afrique subsaharienne. Financé à travers le Fonds d’assistance technique pour les pays à revenu intermédiaire (FAT-PRI), il permettra concrètement de développer une cartographie des échanges économiques et commerciaux intra-africains et aussi d’organiser, en février 2020, un forum international dédié à la petite et moyenne entreprise (PME). « Ce partenariat est une première du genre dans la mesure où c’est la première fois que la BAD signe un accord avec une organisation qui représente le secteur. C’est une initiative que nous avons prise et elle a été concluante. Notre objectif est de renforcer davantage l’intégration de l’entreprise marocaine, de la PME/PMI/TPE dans son environnement continental », a souligné Salaheddine Mezouar, Président de la CGEM.

« De nombreux efforts ont été faits, ces dernières années, en termes d’investissement des entreprises marocaines dans différents secteurs. Ce sont des expériences réussies. Nous allons travailler davantage pour renforcer ce lien entre le tissu des PME/PMI/TPE. Et ceci devra déboucher sur un modèle qui va favoriser le co-investissement, les Joint-ventures, etc. Le secteur privé joue un rôle majeur dans le renforcement de la synergie mise en place pour accélérer l’industrialisation de l’Afrique », a-t-il fait remarquer. Notons que ledit partenariat vient notamment appuyer la feuille de route définie par la Commission « Diplomatie économique, Afrique et Sud-Sud » de la CGEM.

De son côté, Leila Farah Mokaddem, représentante résidente de la BAD au Maroc, a précisé que le rôle du secteur privé marocain dans le processus d’intégration africaine est majeur. « Nous sommes heureux d’unir nos efforts avec la CGEM pour renforcer la coopération Sud-Sud. Le Maroc a réussi à positionner son secteur privé pour jouer un rôle de premier plan et saisir les opportunités de co-développement en Afrique subsaharienne et positionner ses PME/PMI. Et, nous à la Banque Africaine de Développement, nous considérons le secteur privé comme le moteur de la croissance du continent », a-t-elle conclu.

 

 

 

 

 

 

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Tourisme : les nouveaux enjeux

Article suivant

Formation professionnelle : voici le plan d'action de l'Alliance africaine