Entreprises & Marchés

SEGU tisse sa toile en Afrique

Le marché africain n’a plus de secrets pour ce cabinet d’études marocain spécialisé dans la gestion des déchets urbains. Ayant déjà mené des projets en Guinée Equatoriale en Algérie ou encore en Tunisie, SEGU vient de remporter un appel d’offres au Sénégal.  par Noréddine El Abbassi


L

e cabinet d’études marocain, SEGU (Société d’Environnement et de Génie Urbain), spécialisé dans la gestion des déchets urbains, vient de décrocher un marché au Sénégal suite à un appel d’offres qu’il a remporté. Il s’agira pour SEGU, qui était en compétition avec d’autres concurrents parmi lesquels des cabinets français, tunisiens, libanais, koweitiens et sénégalais, de mener les études techniques environnementales et sociales détaillées et la supervision de la construction d’infrastructures de transit et d’élimination des déchets solides dans les collectivités locales de la région de Dakar, les communes de Kaolack, de Tivaouane et de Touba mosquée. Cela prouve, une fois encore, la maturité de l’offre pluri-sectorielle marocaine sur les marchés internationaux, notamment africains. Ce projet que va diriger le cabinet SEGU s’inscrit dans le cadre d’un ambitieux programme de développement des infrastructures de gestion des déchets solides urbains que les autorités sénégalaises ont lancé et qui vise à améliorer l’environnement immédiat des populations. Soulignons que le gouvernement sénégalais porte une haute importance à la réussite de ce projet, qui bénéficie du soutien de la Banque Islamique de Développement(BID).

 Un marché prometteur

« Il nous est demandé de réaliser les études techniques environnementales et sociales détaillées pour construire trois centres d’enfouissement technique, trois centres de tri et de transfert pour les villes de Kaolack, Tivaouane et Touba, ainsi que 90 points de regroupement normalisés pour la précollecte. Nous sommes aussi chargés de la supervision des travaux de l’ensemble de ces ouvrages », confie à Challenge un responsable de SEGU. Pour mener à bien ce travail, la Société d’Environnement et de Génie Urbain va dédier une équipe permanente à ce projet qui s’installera sur place pendant deux années. « Nous faisons bien sûr appel aux compétences locales concernant les études géotechniques et topographiques, ainsi que les enquêtes terrain », soutient SEGU. En termes de perspectives, le management du cabinet d’études estime que le marché sénégalais est très prometteur. « Nous voulons d’abord réussir ce projet sur ces 3 villes symbolisant la culture sénégalaise », souligne-t-il. Rappelons tout de même, que ce n’est pas la première fois que SEGU pose ses valises au Sénégal. En effet, ce cabinet a déjà travaillé à Dakar en 2006 en apportant une assistance technique à la mairie pour structurer la gestion des déchets. « Nous comptons certainement nous y installer de façon permanente pour accompagner les projets de modernisation du secteur de la gestion des déchets », assure également le management. 

Tribune et Débats

La tribune qui vous parle d’une actu, d’un sujet qui fait débat, les traite et les analyse. Économistes et autres experts, patrons d’entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s’y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.

Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.

 
Article précédent

Le contrôle douanier s’étend aux autoroutes et aires de repos

Article suivant

Les professionnels pénalisés par le manque de circuits de distribution approprié