BTP

SGTM renforce sa filiale ivoirienne

Alors que son concurrent immédiat TGCC vient de réaliser une belle ouverture de capital, SGTM planche lui du coté de ses filiales africaines.


En effet, le leader des travaux publics au Maroc a massivement recapitalisé SGTM CI, sa filiale ivoirienne, en hissant son capital de 1 million de FCFA à 200 millions de FCFA (soit l’équivalent de près de 4 millions de DH). Il faut dire que cette première filiale de SGTM en Afrique a un pipe de projets des plus fournis qui va en grossissant depuis sa création en 2013. Aussi, après des projets de viaducs aux alentours de la ville de Yamoussoukrou et des chantiers de ponts et d’autres ouvrages d’art un peu partout au pays, SGTM CI a glané en fin 2016, en groupement avec l’ivoirien ENSBTP, le marché de la première tranche des travaux de sauvegarde et de valorisation de la Baie de Cocody, projet emblématique de la capitale ivoirienne pilotée par l’établissement public. Selon des sources proches du dossier, les besoins de financement de cette filiale allant crescendo vont très probablement amener sa maison mère à en renforcer davantage les fonds propres à l’avenir.

Il faut rappeler que SGTM qui brasse près de 4 milliards de DH en chiffre d’affaires en 2017 et emploie plus de 8 000 salariés a bien les moyens de ses ambitions africaines. Et si ses trois implantations africaines, à savoir le Cameroun, la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso, lui permettent aujourd’hui de réaliser plus de 10% de ses revenus sur le continent noir (contre moins de 5% pour son premier concurrent TGCC qui est, surtout, présent au Gabon et en Côte d’Ivoire), le management souhaite porter cette part à 50% à horizon 2022 dans le cadre d’une stratégie résolument continentale. Rappelons que la communauté des entreprises marocaines présentes dans le secteur du BTP en Côte d’Ivoire à travers des filiales locales comprend, outre des entreprises de travaux acteurs de BTP comme SGTM et TGCC, des bureaux d’études (Team Maroc et CID notamment) et des promoteurs immobiliers tels Alliance Développement Immobilier et groupe Addoha.

 
Article précédent

Il fait l’actu : Hassan Boubrik, président de l’ACAPS

Article suivant

Mustapha El Khalfi met la société civile devant ses responsabilités