Société

S(H)ORTONS-LES !, un appel pour dire non « aux propagateurs de la haine »

Faisant suite aux posts Facebook d’un enseignant et d’un parlementaire, une cinquantaine de personnalités viennent de lancer un appel.


« S(H)ORTONS-LES ! » est un appel pour dire non « aux propagateurs de la haine », lancé par plusieurs acteurs marocains de tous bords sur fond de l’appel d’un enseignant et la réaction d’un député contre des filles belges. Ces dernières, des bénévoles, ont réalisé le balisage d’une route dans un village de Taroudant, vêtues de shorts, de T-Shirts et de débardeurs.

« S(h)ortons-les ces propagateurs de haine, ne leur donnons plus d’audience, montrons-leur que le Maroc c’est nous et que nous sommes la solution ! », lit-on dans cet appel signé jusqu’à présent par une cinquantaine de personnalités et d’acteurs marocains de tous bords (journalistes, universitaires, acteurs associatifs, écrivains, artistes, cinéastes …). « De jeunes filles belges -dans le cadre d’une mission humanitaire- viennent construire une route pour désenclaver une ville près de Taroudant, elles sont vêtues de shorts, de T-Shirts, de débardeurs…quoi de plus normal, banal, habituel ? », rappellent les signataires, soulignant qu’un enseignant appelle à les décapiter, alors qu’un député PJD s’insurge au prétexte qu’elles viendraient « importer la débauche européenne »… « Marchons-nous sur la tête, allons-nous nous laisser tirer vers le fond ! ». « Ils ne sont pas LE Maroc ! », notent-ils.

Lire aussi : Ksar El Kébir : arrestation d’un enseignant pour incitation au terrorisme

« Nous Marocain(e)s, Marocains du Monde, Marocain(e)s de Cœur, Non-Marocains vivant au Maroc, Touristes, Hommes et Femmes ami(e)s du Maroc… leur dénions le droit de parler en notre nom ! », soulignent les signataires de l’appel, qui par cette initiative tiennent à assurer les jeunes filles belges du soutien des Marocains, de leur amitié et de leurs remerciements fraternels. Ils demandent par la même occasion que l’enseignant soit poursuivi pour apologie du terrorisme et que le député remette sa démission, estimant qu’ « il n’est pas acceptable que de tels individus prennent ainsi en otage toute une population ».

« Pour le projet de société qui est le nôtre et que nous défendons, nous ne pouvons laisser de tels propos sans réaction ! », notent les signataires qui lancent un appel pour que « nous sortons nos shorts et que 10, que 100, que 1 000 publient une photo de profil sur Facebook vêtus de shorts, répondons à la bêtise incommensurable par l’humour, la dérision et la fraternité… ».

Pour sa part, Bouworde, l’ONG belge dont fait partie les bénévoles, a fait savoir sur son site Internet qu’elle n’enverra pas, sur conseil des autorités belges, un nouveau groupe au Maroc. De son côté, le parlementaire a émis un communiqué en réaction à l’ampleur prise par cette affaire.



Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

L’égyptien Edita Food sur le point de concrétiser ses ambitions au Maroc

Article suivant

L’espagnol Endesa renonce à ses ambitions au Maroc