Edition

SIEL 2017 : 702 éditeurs exposeront 100.000 titres

La 23ème édition du Salon International de l’Edition et du Livre (SIEL 2017) aura lieu du 09 au 19 février à Casablanca avec la participation de 11 ministres africains de la culture et 40 éditeurs et écrivains, a affirmé lundi à Rabat le ministre de la Culture, Mohamed Amine Sbihi, lors d’un point de presse à la Bibliothèque Nationale du Royaume du Maroc.
 Les pays de la Communauté Economique des États de l’Afrique Centrale (CEEAC) seront l’invité d’honneur, et ce, en parfaite symbiose avec la vision Royale visant à renforcer les relations du Maroc avec les pays africains, a souligné le ministre. Il s’agit de l’Angola, du Burundi, du Cameroun, de la République centrafricaine, de la République du Congo, de la République démocratique du Congo, du Gabon, de la Guinée équatoriale, du Tchad, de Sao Tomé-et-Principe, du Rwanda ainsi que du secrétariat général de la CEEAC.


Cette édition connaîtra la participation de plusieurs maisons d’édition représentant 54 pays. Selon le ministre, environ 702 éditeurs, dont 353 directs et 349 indirects, vont exposer 100.000 titres (soit 3 millions de copies). 

Le Salon sera marqué par l’organisation de la deuxième édition de la « plateforme de cession du droit d’auteur » qui constitue un outil pour échanger les droits d’auteur et de traduction. Cette plateforme sera accessible aux professionnels du livre et de l’édition en vue de les promouvoir à l’échelle internationale.

 D’après le ministre, plusieurs pays prendront part à la deuxième édition de « la plateforme de cession du droit d’auteur », notamment le Maroc ainsi que les représentants de l’Allemagne, l’Egypte, l’Italie, la Palestine, la Tunisie, la Turquie, la Chine, le Cameroun, le Gabon, le Rwanda, la République démocratique du Congo, la République du Congo et le Tchad.

 Plusieurs activités sont prévues lors de cette 23ème édition, notamment des tables rondes thématiques, des rétrospectives axées sur la pensée, des ateliers pour enfants ainsi que l’attribution du prix international « Ibn Batouta » de la littérature de voyage.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Rapprochement entre l’ANAPEC et son homologue belge

Article suivant

Abderrahim Atmoun : « La grande majorité des députés européens souhaitent préserver les relations avec le Maroc »