Flash-ecoLoisirs

Sindibad élargit son parc animalier

Le Parc Sindibad n’en finit pas de se développer en lançant de nouvelles attractions depuis le début de l’année, mais également en continuant à investir dans ce qui fait sa particularité, à savoir son vaste parc animalier qui abrite des espèces exotiques venues d’Afrique, d’Asie ou encore de Madagascar.


C’est donc une nouveauté que vient de lancer le Parc Sindibad en aménageant une nouvelle volière qui abritera un volatile méconnu, fascinant et l’un des plus grands oiseaux d’Afrique et d’Europe : le vautour fauve. Grand rapace avec des ailes longues et larges pouvant atteindre près de trois mètres d’envergure, sa couleur fauve et sa queue carrée et sombre le rendent particulièrement identifiable. Il vit en colonie au sud de l’Europe et au Maroc sur les plateaux élevés et les falaises entre 200 et 1 600 mètres d’altitude. Le vautour fauve peut voler haut et sur de grandes distances et, grâce à sa vue perçante, il a la capacité de planer en vol circulaire pendant une longue période à la recherche de carcasses d’animaux. C’est de là que vient sa sinistre réputation : espèce nécrophage, cet imposant oiseau se nourrit exclusivement de carcasses d’animaux morts et son aspect menaçant le rend encore plus intriguant. Chaque jour, un moment de partage et d’explication est proposé aux visiteurs qui pourront en effet approcher au plus près les vautours au sein de la volière, en écoutant les explications des animateurs. À travers une approche pédagogique ils seront ainsi sensibilisés aux mœurs de cet oiseau ainsi que son rôle dans l’équilibre des écosystèmes.

Le Parc Sindibad propose ainsi une nouvelle expérience à la fois instructive et ludique pour mieux appréhender le rôle et les particularités d’un « mal-aimé » à la réputation pas reluisante qui sera apprécié par les grands et les petits, notamment lors des sorties scolaires que le parc accueille régulièrement.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

« En 1980, le Maroc était cinq fois plus riche que la Chine »

Article suivant

Il fait l’actu : Abdelmouneim Madani, nouveau directeur de l’ANAPEC