InternationalPolitique

Situation toujours explosive à Libreville

De fortes explosions et des coups de feu ont retenti ce matin, jeudi, dans le quartier de Nkembo à Libreville, la capitale du Gabon, lors de heurts entre les forces de sécurité et des manifestants protestant contre la réélection du président Ali Bongo, qu’ils jugent irrégulière, rapportent des témoins. Des premiers heurts ont éclaté mercredi à Libreville, où des manifestants ont mis le feu à une partie de l’Assemblée nationale, après l’annonce de la réélection d’Ali Bongo.


L’opposant Jean Ping, qui revendique sa victoire à l’élection présidentielle de samedi dernier, a déclaré que les forces de sécurité et la garde républicaine avaient pris d’assaut son QG de campagne au cours de la nuit, faisant deux morts et plusieurs blessés. « Le QG a été bombardé par hélicoptère et cerné au sol par des troupes de la garde présidentielle, de la police et des mercenaires. Nous enregistrons deux morts et plusieurs blessés », a déclaré Jean Ping par téléphone à France 24.

 
Article précédent

Transition énergétique et post-COP21 au cœur du débat à Marrakech

Article suivant

Le littoral marocain, premier victime des changements climatiques