Banques

Société Générale Maroc obtient 20 millions d’euros de la BERD

La Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement (BERD) vient d’accorder un prêt de 20 millions d’euros à Société Générale Maroc. Il s’agit d’une ligne de crédit qui vise à permettre à la banque de soutenir des projets verts portés par des PME participant à certaines chaines de valeurs et/ou écosystèmes industriels. Soulignons que Société Générale Maroc est la première banque partenaire de ce nouveau programme de la BERD.


Notons également que le prêt bénéficie du soutien financier de l’Union européenne et du Fonds Vert pour le Climat et s’inscrit dans le cadre du programme de la BERD destiné à renforcer l’insertion des PME dans les chaines de valeurs globales. Dans les détails, les PME éligibles à ce programme pourront bénéficier d’un accompagnement attractif intégrant un financement, une subvention à l’investissement et une expertise technique permettant de vérifier et d’optimiser la viabilité de leur projet d’investissement vert.

« L’acquisition des équipements verts leur permettra de proposer des produits plus compétitifs, d’accroître leurs exportations et d’accéder à de nouveaux marchés en se connectant à des sociétés internationales », estiment les deux parties. Cet accord entre la BERD et la SGM vient notamment renforcer le partenariat qui lie les deux banques depuis 2012.

Pour Société Générale Maroc, ce partenariat s’inscrit dans sa volonté d’agir aux côtés des PME dans l’amélioration de leur compétitivité et durabilité. Pour la BERD, il s’agit surtout de promouvoir l’économie verte, un objectif poursuivi à travers la mise en place des lignes de financements innovants tels que MorSEFF/GEFF, destinés à soutenir des projets d’efficacité énergétique et/ou énergies renouvelables.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Jalal Hajjou, DG d'Optimum Marketing group : Un éternel perfectionniste

Article suivant

Me Kamal Nasrollah : « Tout s’est passé comme si certaines parties avaient un intérêt à ce que La Samir ne redémarre pas "