Flash-ecoTélécommunications

Sofrecom se renforce au Maroc

Sofrecom Maroc se dote d’un deuxième centre de service.


La société internationale de conseil et d’ingénierie spécialisée dans les télécoms et les nouvelles technologies de l’information et filiale d’Orange, a, en effet, inauguré le 12 décembre 2017 ses nouveaux locaux  à Casanearshore Park, à Casablanca. La cérémonie d’inauguration a enregistré la présence, entre autres, de Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Économie numérique, de Marc Rennard, président de Sofrecom et directeur général adjoint d’Orange, en charge de l’Expérience Client et du Mobile Banking et de Guillaume Boudin, directeur général de Sofrecom.

Soulignons que la mise en service de centre de services de Sofrecom Maroc, installée dans le royaume depuis 2004 sur son site à Rabat, s’inscrit dans la volonté de l’entreprise de renforcer de consolider son positionnement et de s’offrir de nouveaux horizons sur le marché marocain. « Nous sommes heureux de l’avancement de notre projet de centre de services à Casablanca. Ce sont désormais 180 emplois créés à Casablanca. Les compétences hautement qualifiées de nos ingénieurs et développeurs recrutés dans les universités et écoles marocaines contribuent activement aux projets d’Orange. Nous sommes fiers de contribuer au développement économique du Maroc», a souligné Marc Rennard lors de son allocution.

Pour Guillaume Boudin, le Maroc offre exactement les conditions nécessaires au développement de Sofrecom. « Avec ces nouveaux postes, nous souhaitons participer aux côtés d’Orange aux projets de transformation digitale du Maroc et à la co-construction de l’Afrique numérique. Le Maroc, riche de multiples compétences en matière de nouvelles technologies, est un levier pour Sofrecom pour accompagner les défis de développement de ses clients », a-t-il précisé. Toutefois, notons que le montant de l’investissement n’a pas été révélé.

 
Article précédent

Le français Echo Mobiles s'installe au Maroc

Article suivant

Casablanca : prêt de 172 millions d’euros de la Banque mondiale