Entreprise

Soremar prépare son entrée en bourse

Trois ans après avoir fait partie de la deuxième cohorte du programme Elite de la Bourse de Casablanca, la société Soremar s’apprête-t-elle à faire son entrée en bourse ?


Créée en 1984 et devenue leader dans son marché d’électronique maritime, Soremar vient de porter son capital à 50 millions de DH à l’issue d’un appel aux actionnaires à hauteur de 15 millions de DH.

Pour l’instant, rien ne filtre sur les intentions de l’actionnaire unique Noureddine Gnaou, qui avait affirmé à l’époque de la consécration par la Bourse de Casablanca de ce groupe de PME spécialisé autour des solutions et produits maritimes de pointe, sa volonté d’aller au bout du programme Elite à travers la réalisation d’une cotation à la place casablancaise ; mais cette opération pourrait bien en être un prélude.

Il faut dire aussi que Soremar, qui ambitionne d’atteindre rapidement la barre de 100 millions de DH (contre un peu moins de 70 millions de DH aujourd’hui), fait face à une expansion significative de son besoin de fonds de roulement né d’un allongement conséquent des délais de paiement client (qui dépassent désormais allégrement la barre d’un an de chiffre d’affaires !). Une telle injection de la part de la maison mère directe (Soremar Group) est donc la bienvenue pour soulager une trésorerie mise à mal par les retards de paiement de plus en plus structurels. Un «écart» qui n’a pas empêché Soremar de préserver ses marges (voire de les améliorer, notamment au niveau opérationnel), en dégageant un résultat net stable de 4,4 millions de DH au titre de l’exercice 2018.

Rappelons que Soremar assure la vente, l’installation et l’entretien d’équipements de navigation et de radiocommunication. Depuis 2002, la société s’est également lancée dans les télécommunications par satellite en devenant agent exclusif au Maroc de France Telecom mobile satellite communication (FTMSC) qui devient VIZADA.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Coupe du Trône : sacre historique du TAS

Article suivant

« Ach Waqe3 » : l’actualité décryptée par Jamal Berraoui