Interview

Soulaima Gourani : «Je suis fière d’être la première marocaine nominée au Top 50 des penseurs mondiaux»

Soulaima Gourani est une maroco-danoise originaire de la ville de Safi, conseillère auprès de multinationales, conférencière internationale et écrivaine de renommée mondiale. Installée à Palo Alto en Californie, sa vie n’a pas été un grand fleuve tranquille. Elle est l’illustration parfaite de la femme battante qui transforme l’échec en succès. Dans cet entretien exclusif, elle revient sur son parcours et ses combats et présente sa vision de son Maroc natal.  


challenge.ma : Vous êtes née dans la ville marocaine de Safi en 1975 et avez émigré au Danemark avec votre famille, vous avez vécu des expériences terribles mais vous n’avez jamais abandonné. Aujourd’hui, vous êtes mondialement connue, reconnue  et appréciée, votre commentaire?

Soulaima Gourani : Je suis désignée comme l’une des femmes les plus influentes du monde parmi les «40 premières européennes de moins de 40 ans, leader mondial par le Forum économique mondial de Davos et membre du groupe Thinkers50 2019, mais je me considère surtout comme une mère qui travaille et une entrepreneure dont l’histoire témoigne du fait que les immigrantes ne doivent pas être négligées ou ne pas avoir à choisir entre avoir une famille ou une carrière.

Après avoir été licenciée alors que j’étais enceinte, j’ai pris le contrôle de ma carrière et je suis devenue auteure à succès, conférencière et conseillère mondiale pour de grandes entreprises telles que Microsoft, Dell, Samsung et BMW. Aujourd’hui, je suis cofondatrice de Women Reignite, une université en ligne destinée aux femmes qui enseigne le design et la qualité de vie.

Que propose votre université ?

Women Reignite propose des outils de développement de carrière de vie accessibles et abordables à des millions de femmes, via une application en ligne et qui n’ont pas accès à des techniques éprouvées, des mentors inspirants ou des modèles. Je consacre ma vie à aider les femmes à s’élever.

Vous êtes stratégiste, auteure prolifique de livres à succès, le dernier en date est « Comment transformer vos clients en fans« , alors pouvez-vous nous expliquer comment?

Je suis très fière d’être une excellente vendeuse, mais je sais que la plupart des gens n’ont jamais appris les rudiments de la vente. C’est vraiment dommage. De nombreuses entreprises en démarrage ne disposent pas de fonctions de vente importantes ou ne leur accordent tout simplement pas l’attention, les efforts et le respect requis.

Quand les start-ups me demandent «Comment peut-on réussir et connaître le succès?», je leur dis toujours: «Allez trouver des clients». Les ventes sont un tout. Etre un bon vendeur est une compétence clé que vous pouvez utiliser dans tous les domaines de la vie. J’ai travaillé dans plus de trente-cinq pays et je suis auteure de trois livres, ainsi que contributrice à plus de seize autres livres. Beaucoup de gens n’aiment pas l’idée de vendre, persuader et influencer, mais cela fait partie de la plupart des descriptions de travail. Peu importe ce que vous faites dans la vie, ces compétences sont essentielles à votre réussite future. Croyez-moi, sans ces compétences, vous ne réussirez pas.

A ce stade de l’histoire, les choses changent rapidement, notamment en ce qui concerne les échanges commerciaux. Plus que jamais, vous devez être capable de travailler avec et de prospérer dans des organisations complexes et vous devez établir des relations durables avec vos clients et partenaires. Nos façons de travailler ensemble sont mises à l’épreuve. Notre travail va du type physiquement visible et mesurable au type plus abstrait et invisible qui se déroule souvent dans nos têtes.

Vous êtes speaker de conférence assurant près de 200 conférences par an à travers le monde. Vous  travaillez et conseillez des clients majeurs. Comment parvenez-vous à combiner tout cela avec ce qu’il reste à votre famille en termes de temps?

Etre capable de parler en public est une compétence dont tout le monde peut tirer parti; obtenir de meilleures notes, un meilleur salaire et la carrière que vous méritez. Tout le monde mérite une bonne vie professionnelle et le fait de pouvoir communiquer de manière amusante et efficace peut être un moyen d’ouvrir de nombreuses portes. Etre orateur nécessite des déplacements. Mais je parle aussi beaucoup en ligne. Grâce à la technologie, je peux transmettre mes interventions en direct ici, de Palo Alto, partout dans le monde. J’ai réduit mes voyages, de cette façon, de 70%.

Quelle est votre devise dans la vie?

L’histoire de ma vie est basée sur la citation: « Pour être vraiment heureux, vous devez être activement impliqué dans l’orientation de votre vie. »

Si je vous dis le Maroc, qu’est-ce que cela évoque pour vous et comment le voyez-vous aujourd’hui?

J’y vais pour donner des conférences et ma famille y vit toujours et certains de mes meilleurs amis sont là-bas. J’aime mon pays et je me considère marocaine ET danoise. Je vois le Maroc plein de potentiel!

Quel est le meilleur conseil que vous puissiez donner aux femmes d’affaires marocaines?

Nous voyons beaucoup plus de femmes d’affaires marocaines. Nous verrons beaucoup plus de programmes d’entreprises offrant et promouvant l’esprit d’entreprise des femmes et leur participation aux affaires. Cependant, elles n’ont pas à attendre que quelqu’un les trouve; elles  peuvent commencer quelque chose elles-mêmes. La technologie offre aujourd’hui aux femmes l’accès à des millions de cours en ligne, gratuitement ou à faible coût. Les femmes du monde entier peuvent en être inspirées, peu importe où elles vivent.

Aujourd’hui, le Maroc est à la recherche d’un nouveau modèle, quelle serait votre idée ou recommandation à ce sujet?

Nous devons nous assurer que les programmes du Maroc pour la croissance nationale et le développement par la participation des populations sont tous orchestrés pour assurer l’autonomisation des femmes et des jeunes. Ce doit être un objectif que chaque Marocain réalise ses objectifs individuels. L’avenir du travail  changera globalement notre façon de travailler, au Maroc également. L’évolution rapide de la technologie, du climat et de l’intégration économique mondiale transforme le monde du travail d’une manière que nous ne comprenons pas encore parfaitement.

Vous avez été distinguée à plusieurs reprises et, aujourd’hui, vous êtes également sélectionnée pour le Top50 des penseurs du monde qui se déroulera à Londres en ce mois de novembre. Quel effet cela vous fait?

Je suis fière d’être la première et la seule femme marocaine à être nominée, mais mon objectif n’est pas d’être la dernière.

Le Maroc connaît depuis quelques temps un vif et grand débat sociétal sur la situation de la femme à la lumière de certains événements douloureux dont elle est victime. Dernier en date, l’affaire de la journaliste Hajar Raissouni, accusée  d’avortement et condamnée à un an de prison (NDLR : elle a été graciée par le Roi Mohammed VI ainsi que son fiancé et l’équipe médicale), quelle est votre grille de lecture et votre position?

Je suis une femme et mère d’une fille. Je suis conseillère d’ONU Femmes (ONU Femmes – Entité des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes) et ardente défenseur de l’Objectif de développement durable n ° 5 = égalité des sexes et autonomisation de toutes les femmes et de toutes les filles. Nous devons éliminer toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes et des filles partout dans le monde. Chaque jour, je fais ce que je peux pour promouvoir l’autonomisation des femmes. Toute forme de violence détruit la dignité des femmes. Ce sujet reste largement tabou au Maroc. Finissons-en!

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

« Ach Waqe3 » : l’actualité décryptée par Jamal Berraoui

Article suivant

HCP : Le nombre des célibataires augmente au Maroc !