Actualités

Sport et argent : gare aux déviations !


Comme dans tout domaine, l’argent est nécessaire pour développer une activité ou réaliser un projet… Mais l’argent, à lui seul, n’est pas suffisant. C’est un moyen. Quand il devient une fin, bonjour les dégâts et les déviations. Et ce sont ces déviations qui ont porté les coups les plus durs au sport en général et au football en particulier. par M. Amine

Nous vivons une époque où la professionnalisation à outrance du sport est devenue la règle. Le sport est devenu une activité juteuse, source de profit. Le caractère lucratif du sport l’a largement emporté sur cette image traditionnelle du sport assimilé au loisir. Aujourd’hui, les clubs de sport sont devenus des machines à sous. C’est pour cette raison que le cadre juridique datant de 1958 et relatif aux associations, est devenu obsolète pour encadrer les activités sportives exercées par des sportifs regroupés sous diverses dénominations. La loi 30-09 a été conçue et adoptée pour permettre aux organisations sportives à caractère lucratif de s’adapter à ce nouveau contexte et d’exercer leurs activités en toute transparence et dans la légalité.
Le rôle du ministère de la Jeunesse et des Sports est d’accompagner cette mutation, en organisant notamment des campagnes de communication et de vulgarisation sur le nouveau dispositif mis en place favorable à cette évolution.  De nombreuses organisations sportives connaissent des situations non conformes aux dispositions légales en vigueur. De ce fait, elles s’exposent à des risques importants et pas seulement d’ordre financier. Ce même département est aussi concerné par l’élaboration d’un plan comptable spécifique aux sociétés de sport. Car celles-ci, malgré la consécration de la lucrativité par le nouveau cadre légal, présentent des spécificités qui les différent des sociétés purement commerciales.
Par ailleurs, une troisième formule, celle des établissements d’enseignement ou de formation professionnelle spécialisés dans le sport mérite d’être mieux connue. C’est une alternative très riche en perspectives de développement du sport national. C’est un créneau porteur qui mérite d’être prospecté par les professionnels du sport, dans la mesure où il crée des conditions favorables conciliant loisir et professionnalisme, lucrativité et désintéressement. Ce cadre intermédiaire entre l’association à but non lucratif et la société de sport, permet d’éviter que l’argent devienne un facteur cancérigène dans un domaine qui a historiquement contribué d’abord à la pacification des relations humaines. Le grand scandale de la FIFA est là pour nous alerter sur les dangers et les ravages que peut générer la logique purement et exclusivement mercantile, quand elle se substitue totalement aux valeurs humanistes fondatrices du sport.

 
Article précédent

Nador West Med : Sept candidats retenus pour la construction

Article suivant

Un manque à gagner de 300 MDH pour Philip Morris Maroc