High-Tech

Stagiaires.ma, la start-up qui monte

Le site stagiaires.ma vient de remporter le prix de la start-up au dernier Maroc Web Awards (MWA). Une distinction qui récompense un concept novateur qui a toute sa place sur la toile marocaine. Retour sur une expérience réussie.



A
vec 130.000 visites en moyenne et 700 000 pages vues par mois, le site Stagiaires.ma cartonne auprès des étudiants et des managers. Couronné du prix de la start-up de l’année 2012  lors de la 6ème édition des Maroc Web Awards organisée le 1er février dernier à Rabat, le site Stagiaires.ma a réussi en l’espace de deux ans à devenir une vitrine incontournable  pour les étudiants et les managers. Ce n’est pas la première fois que ce site se distingue. Il a déjà reçu plusieurs prix depuis son lancement. Lauréat du Réseau Entreprendre Maroc,  Stagiaires.ma a remporté également le 3ème prix du concours Moulay Hafi d Elalami des jeunes entrepreneurs et le 3ème prix aux Trophées de l’innovation de l’année au  DEVCOM, organisé à la fin de 2012. « Le site a été lancé il y a plus de deux ans dans le but de répondre à ma problématique en tant que manager d’une société  multinationale. Je faisais appel d’une manière régulière à des étudiants pour des missions ponctuelles et trouvais des difficultés à accéder à des profils de qualité avec la contrainte temps  que j’avais. C’est dans cette optique que j’ai lancé le site pour répondre principalement à mon propre besoin en termes de recherche de stagiaires », explique Youssef El Hammal,  Directeur et fondateur du site. 

Une nouvelle version dans le pipe

 Lancé dans un premier temps avec une version «privée sur invitation», le site n’est  devenu totalement accessible qu’après la première injection de fonds. «Ce n’est qu’en ayant réalisé une première levée de fonds avec des investisseurs étrangers que la version finale  a été lancée en 2011. Nous sommes en phase de lancement de notre nouvelle version multilingue », assure Youssef El Hammal.  Attirant une audience de plus en plus croissante depuis son lancement, le site Stagiaires.ma compte aujourd’hui 18.000 étudiants et 2.300 managers inscrits, ainsi que 960 offres de  stages publiées. Le site a une bonne visibilité sur les réseaux sociaux. « Nous disposons d’une Fanpage sur Facebook avec 12.000 fans, d’un compte Twitter, @StagiairesMA ainsi que de  plusieurs groupes sur Viadéo et Linkedin », déclare Youssef El Hammal. En outre, le site est le seul sur la toile marocaine à permettre aux étudiants de publier en ligne  leurs demandes de stage, ce qui en fait un carrefour entre offre et demande. En effet, selon Youssef El Hammal, le profil type du visiteur du site est bicéphale. D’une part, il y  a les étudiants et d’autre part les managers. « Le site est destiné principalement aux Managers « Non RH » ayant cette problématique de recherche de stagiaires, mais souhaitant  garder leur autonomie dans l’opération de recrutement. Les services du site sont gratuits et le resteront. Il suffit de s’inscrire sur le site pour accéder aux fonctionnalités du site », confie  Youssef El Hammal. 

Ouverture à  l’international 

Financièrement parlant, le site commence à sortir de l’ornière à en croire les termes utilisés par le fondateur. Même s’il  évite de parler chiffres, ses déclarations sont empreintes d’optimisme. « Notre cible utilisateur est composée principalement d’étudiants âgés entre 19 et  22 ans. Celle-ci intéresse les annonceurs marocains qui nous confient de plus en plus de budgets. Avec le lancement de la nouvelle version du site, nous proposerons à ces annonceurs  de nouvelles formules pour  mieux cibler et pour mieux communiquer auprès de nos utilisateurs », confie Youssef El Hammal. Pour rentabiliser au mieux l’audience estudiantine  qui lui est propre, le site propose également aux écoles un annuaire où elles peuvent mettre en valeur leur formation, ainsi que les évènements qu’elles organisent.  Pour ce qui est des projets d’avenir, le site compte s’ouvrir à l’international grâce à l’appui de son partenaire financier et quelques projets devraient être annoncés prochainement. ■ 

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Les PME déconnectées des nouvelles technologies

Article suivant

Les Bonnes Œuvres du Cœur, un battement pour la vie des enfants démunis