Economie

Start-up : l’AMPA lance la compétition

Entreprises nouvelles et installées rivalisent d’ingéniosité pour séduire un marché exigeant.


L

’Association des Marocains Professionnels en Amérique du Nord (AMPA), a tenu sa 6e édition de ses Moroccan American Brigdes 2013 le 21 juin dernier sur le thème “Sur le chemin de l’entreprenariat”. A cette occasion, l’association de présenter les financements de start-up au Maroc et les opportunités de carrières pour les compétences marocaines à l’étranger. En marge de cet évènement, l’AMPA a organisé une compétition des start-up en lice pour se voir proposer un prix monétaire et un coaching d’experts. L’occasion de revenir sur ces strats-ups préférées de l’association.

Kenza Bennis, tout d’abord, lance un site de parfumerie en ligne. “Notre objectif est de commercialiser des parfums, avec des échantillons et des incitations à l’achat. Mais compte tenu des marges faibles et du marché restreint de l’e-commerce au Maroc, nous nous lançons également dans la distribution hors-ligne”, explique-t-elle. Le concept a déjà réuni 10.000 fans sur les réseaux sociaux, Facebook en tête, mais l’entreprise a encore besoin de soutien. Le projet figurait parmi les préférés de l’AMPA, mais pour Kenza Bennis, pour se développer, elle devra passer par le rachat d’un distributeur de parfum, dont les marges sont de près de 50%. 

Dans la droite lignée des bases de cours en ligne, Mylve.com s’inscrit dans la virtualisation des contenus pédagogiques. Alors, une initiative du type MOOC (massive open online courses- cours ouverts en ligne)? “Les sites du type coursera proposent les cours d’universités prestigieuses et sont adaptés aux indépendants. Au Maroc, il n’y a rien de tel pour l’Université locale ou le lycée de quartier, puisque ce ne sont que les grandes écoles privées qui peuvent se permettre ce type de portails”, explique Adil Ben Elkhattab, enseignant à l’Université Mundiapolis. Pour Kamal Bouskri, l’objectif de Myvle.com est d’offrir aux enseignants une plateforme sur laquelle il est possible pour les enseignants de mettre en ligne leurs cours, les exercices et ainsi de gagner en efficience dans la complétion du programme scolaire.

Projet lancé, recherche financement 

D’autres sites font partie de la compétition des start-up, même s’ils ont déjà démarré par le passé. Averty.ma compte parmi ces sites qui sont lancés depuis des années et qui recherchent des financements pour se développer. Mais il n’y a pas beaucoup de choses qui sont en jeux pour Hassan Arib, fondateur du site. Si l’on ne le présente pas, il s’agit d’un site de sondage d’opinion en ligne. Son activité s’articule autour de sondages publics lancés par l’entité et qui mesurent les opinions des internautes. Bien entendu, le site permet également à des individus de lancer leurs propres sondages mais ce sont les sondages privés d’entreprises qui cherchent à réunir des données marketing qui forment le gros de leur métier. Reste que pour M. Arib, cela fait déjà trois années que le site fonctionne, et que le projet est viable économiquement. 

L’autre site en lice est stagiaires.ma. Pour son fondateur Youssef El Hammal : “c’est un site de recrutement de stagiaires pour des besoins spécifiques. Les managers peuvent ainsi recruter eux-mêmes leurs stagiaires, sans avoir à passer par la DRH.” Au final, il s’agit d’un portail qui réunit 700.000 vues, volume qui lui permet de se financer par la publicité. Mais M. El Hammal mise également sur le fremium, système qui propose aux entreprises de payer pour que leur annonce soit en bonne vue sur le site. 

Au final, les start-up que présentent l’AMPA sont à l’image de la scène IT marocaine: jeune, ambitieuse et créative. Les services ont de l’avenir, même au Maroc.

 
Article précédent

Du potentiel dans la biomasse marocaine

Article suivant

Bisbille autour du métier d’avocat d’affaires