Actualités

Station terminale du Slurry Pipeline de l’OCP : un investissement stratégique


Phosphates. Le Groupe OCP vient de franchir un pas de géant pour conforter son  leadership mondial. En effet, le  jeudi 2 octobre 2014, Sa Majesté le Roi Mohammed VI, a procédé, au complexe industriel de Jorf Lasfar, à l’inauguration de la station terminale du Slurry Pipeline reliant Khouribga à Jorf Lasfar, de la première usine d’acide phosphorique alimentée par la pulpe de phosphate et d’un Centre de compétences industrielles, réalisés pour un investissement global de plus de 5,450 milliards de dirhams. par Salim Al Attar

P

ortés par l’Office chérifien des phosphates (OCP), ces projets phares constituent une nouvelle illustration de la volonté  de la Direction du Groupe de soutenir les initiatives d’innovation et de développement, d’accompagner sa nouvelle stratégie de valorisation industrielle et de conforter ainsi le leadership du Maroc sur le marché mondial des phosphates. Véritable révolution technologique, le système Slurry pipeline Khouribga-Jorf Lasfar révolutionne le transport des phosphates et transforme en profondeur la chaine de valeur industrielle du Groupe, en opérant le passage à un mode totalement intégré de transport entre le site minier de Khouribga et le site industriel de Jorf Lasfar.L’entrée en service de ce pipeline permet de mettre fin aux méthodes classiques de transport des phosphates. Ce changement stratégique opéré permet au Groupe OCP de réaliser de nombreuses économies dans ses coûts d’exploitation et d’acheminement du minerai.Cette économie est estimée à près de 90 % des coûts logistiques  en comparaison avec les modes de transports préconisés jusque-là. L’économie a également touché la structure des coûts opérationnels. En effet, ce pipeline permet au Groupe OCP d’éliminer l’étape de séchage avant le  transport du minerai. C’est dans cette optique que le groupe a procédé à l’arrêt des stations de séchage de Khouribga, grande consommatrice d’énergie. La mise en place de ce nouveau mode de transport permettra au groupe OCP d’augmenter ses capacités de production minière, les portant de 18 à 38 millions de tonnes par an. 

Ce sont ainsi 38 millions de tonnes de phosphate qui seront ainsi acheminées vers les unités de valorisation à Jorf Lasfar. Cette intégration de l’amont à l’aval de la chaine de valeur permet d’accompagner le doublement des capacités de la mine et assurera une grande amélioration de la flexibilité de la chaine de production et logistique, tout en réduisant le coût du phosphate rendu à Jorf Lasfar de 45%. Ce procédé générera une économie de près de 3 millions m3 d’eau annuellement, suite à la conservation de l’humidité naturelle de la roche. Le Slurry Pipeline aura également un impact positif sur l’empreinte carbone en réduisant les émissions CO2 de 930 Kt/an et permettra une économie de fuel de 160.000 tonnes par an. La station terminale du pipeline est destinée principalement à recevoir et à stocker la pulpe de phosphate transportée, pour ensuite assurer sa distribution et l’alimentation de l’ensemble des unités de valorisation du Hub Jorf Lasfar et l’unité de filtration/séchage des phosphates destinés à l’export. Elle se compose d’une station dite de choc pour réduire la pression de la pulpe à l’arrivée, de huit bacs de réception et de stockage de pulpe de 5.500 m3 chacun et d’un réseau de distribution de pulpe alimentant la plateforme industrielle de Jorf Lasfar. S’étendant sur une superficie globale de 6 hectares, la station terminale a nécessité près de 800 millions de dirhams d’investissements et a généré 530.000 jours/hommes en emplois pendant la phase projet. Parallèlement à la réalisation de ce minéroduc, le Groupe OCP a réalisé une nouvelle usine de production d’acide phosphorique alimentée par la pulpe provenant de la station terminale.

D’une capacité annuelle de 450.000 tonnes d’acide phosphorique, cette usine permet, d’une part, une augmentation de la capacité de production d’acide et assure, d’autre part, une plus grande flexibilité de production et une nette amélioration des rendements. La nouvelle usine, qui a nécessité un investissement de 700 millions DH, est composée d’un réservoir de stockage de la pulpe, de plusieurs unités d’épaississement de pulpe, d’un réacteur et de quatre digesteurs, ainsi que d’unités de refroidissement et de lavage de gaz.

Outre les atouts de production et environnementaux, la réalisation du pipeline a généré un nombre important

d’ouverture de poste. Lors des travaux, ce projet a mobilisé plus de 50 entreprises sous-traitantes qui ont contribué aux travaux de réalisation du projet, dont 36 locales. Environ 130 agents ont été également déployés pour la prise en charge de l’exploitation du pipeline lors de la préparation de l’entrée en production.

Le Centre de compétences industrielles OCP à Jorf Lasfar s’inscrit dans la lignée de la stratégie de la nouvelle direction du groupe, axée sur la valorisation du Capital humain et la maîtrise technique de toutes les chaînes de production. Ce Centre offrira une formation au profit des collaborateurs et nouvelles recrues OCP, mais également aux sous-traitants et aux industriels du complexe de Jorf Lasfar, dans les domaines notamment de la mécanique, de l’électrotechnique et des procédés phosphoriques. Avec une capacité d’accueil de 1.200 apprenants par an, le Centre de compétences, doté de moyens à la pointe de la technologie (simulateurs, e-learning, ateliers équipés, bancs d’essai, etc.), répond aux meilleurs standards internationaux en termes de formation industrielle. Ce centre est l’un des cinq établissements du Groupe OCP dédiés à la formation continue, composante essentielle au développement du niveau d’expertise et de la culture de performance, indispensable à l’accompagnement de la transformation du Groupe et le développement de son écosystème industriel. 

Cette politique de valorisation des compétences se déploie également sur le continent africain dans un souci permanent de partage des connaissances et de transfert du savoir-faire, conformément au grand projet de partenariat Sud-Sud prôné par S.M. le Roi.

Ces infrastructures de standards mondiaux confirment la nouvelle stratégie du Groupe OCP, inscrivent l’économie marocaine dans les flux mondiaux des économies émergentes et ce, malgré un contexte international marqué par une morosité économique générale. Elles permettent au Maroc d’asseoir un leadership incontesté sur le marché mondial des phosphates et produits dérivés, basé à la fois sur des paramètres de productivité et sur la valorisation du capital humain. 

 
Article précédent

Télécoms - Vers une montée d'Orange dans le capital de Méditel ?

Article suivant

Rabat : la consécration culturelle