Les chroniques de Jamal BerraouiSanté

Stop and Go : On tombe dans l’irrationnel

La seule chose qui est établie, c’est que la science est pour le moment, totalement impuissante face au coronavirus. Elle n’a trouvé ni médicament ni vaccin. Cela n’a pas empêché les scientifiques de préempter la décision politique.


Il faut donc confiner c’est la seule solution, au mépris humain, de la vie. Paris sans ses bistrots, ou un été sans plage sont-ils viables ? Alors on nous sort une théorie totalement absurde, le fameux Stop and Go. Cette théorie peut être exposée sommairement comme suit :

Le confinement produit ses effets et les courbes baissent, il faut donc déconfiner progressivement. L’été, le virus sera probablement moins virulent, on pourra alors ouvrir plus. Mais dès l’automne il faudra confiner à nouveau parce que les chiffres commenceront à monter.

Lire aussi | Rapatriement des Marocains venus d’Algérie : voici leurs témoignages !

C’est absurde parce qu’intenable pour deux raisons :

  • Les états n’y pourront rien, les économies seront définitivement terrassées, le désastre humain sera impossible à gérer, des troubles sociaux mettront en péril la majorité des systèmes politiques.
  • Les individus seront moins dociles parce qu’ils veulent vivre, jouir de leur liberté, retrouver leurs proches et que le confinement c’est la négation de la vie.

L’application d’un nouveau confinement sera très difficile, même sous la contrainte. L’intelligence c’est de maintenir les gestes barrières, les masques et de généraliser les tests. Le rôle des politiques ce n’est pas d’annihiler les risques sanitaires mais de les gérer. C’est-à-dire qu’il faut maintenir et même renforcer les infrastructures médicales et laisser vivre les gens. L’humain vit avec le risque de mort depuis toujours. Lui demander de renoncer à la vie par peur de la mort est une absurdité absolue. Les scientifiques devraient faire leur boulot, combattre le virus, au lieu d’écumer les plateaux de télévision pour tancer les politiques, au mépris de la complexité des réalités.

 
Article précédent

Casablanca : Un groupe chinois disposé à construire une structure hospitalière

Article suivant

Groupe PSA : l’usine de Kénitra dans les starting-blocks pour bien redémarrer