Dossier

Stratégie énergétique : Une vision avant-gardiste et un pari réussi

Le Maroc, qui cherche à assurer sa croissance et desserrer sa contrainte énergétique, a mis en place une politique énergétique nationale favorable aux énergies renouvelables. Un choix qui répond à la nécessité stratégique de sécuriser son approvisionnement énergétique mais aussi à l’impératif écologique pour préserver l’environnement.


Une adaptation aux contextes et au marché

Le Maroc est peu doté en ressources énergétiques conventionnelles et importe 96 % de son énergie. Pour échapper à cette dépendance et répondre à une demande en énergie en constante augmentation, le Maroc s’appuie, depuis 2009, sur une stratégie énergétique nationale. Dans ce cadre, il a opté pour la mise en place d’un mix énergétique optimisé autour de choix technologiques fiables et compétitifs, à savoir la promotion de l’efficacité énergétique, l’intégration régionale et la mobilisation des ressources nationales grâce à la montée en puissance des énergies renouvelables. La réalisation de ces objectifs permet au Maroc de réduire sa facture énergétique.

Une évolution de la demande

L’urgence de la mise en place de cette politique s’est posée avec acuité, d’autant plus que sous l’effet engendré par les grands chantiers lancés à travers le pays et la généralisation de l’accès à l’électricité à l’ensemble du territoire national dans le cadre du PERG (Programme d’électrification rurale global), la consommation d’électricité au Maroc enregistrait une croissance annuelle de 8 %. Par ailleurs, la croissance démographique, en corrélation directe avec la demande énergétique va situer la demande énergétique globale à 47 millions tonnes équivalent pétrole (TEP) à l’horizon 2025.

Une gestion par l’efficacité énergétique

Dans le cadre de cette stratégie, plusieurs orientations ont été adoptées. En matière d’efficacité énergétique, et pour une meilleure adhésion aussi bien des entreprises que des ménages, des mesures urgentes d’efficacité énergétique ont été adoptées dans le cadre d’un Plan National d’Actions Prioritaires (PNAP), à l’instar de la génération de l’utilisation des lampes à basse consommation (LBC) et l’adoption de l’efficience énergétique au niveau de l’éclairage public, des bâtiments, de l’industrie et du transport. Ceci en plus de l’adoption de l’horaire GMT+1. Une autre mesure qui a permis au Maroc, durant ces dernières années, une économie de 90 MW à la pointe. 

Autres dispositifs ayant permis d’économiser de l’énergie : l’introduction de la tarification Super Pointe pour les clients THT-HT (très haute tension – haute tension), la tarification incitative et sociale -20-20, la tarification bi-horaire pour les clients Basse Tension et la tarification tri-horaire pour les distributeurs.

Et une diversification des ressources énergétiques

La priorité a également été donnée au développement des ressources locales à travers l’intensification de la recherche d’hydrocarbures et la valorisation des schistes bitumineux. Les schistes bitumineux pourraient représenter une part non négligeable dans le bouquet énergétique national, puisque le pays dispose d’importantes ressources. Avec 50 milliards de barils à son actif, les réserves géologiques du Royaume lui offrent des capacités énergétiques de taille. Il est classé au 6e rang après les États-Unis, la Russie, le Brésil, la République démocratique du Congo et l’Italie. Mais la valorisation des schistes bitumineux reste une option énergétique du moyen et long terme. C’est une option à faible potentiel industrialisant qui requiert des capacités organisationnelles et des engagements multiples à la fois sur les plans politique et économique ou encore sur les aspects scientifique et technique. Dans sa diversification des sources énergétiques, le Maroc a inclus la possibilité de développer l’électronucléaire, le gaz et la biomasse. Toujours dans sa quête de desserrer sa contrainte énergétique, le Royaume a planifié de multiplier ses capacités de production d’électricité à court et moyen termes pour les porter à 15.000 MW, dont 42 % d’énergies renouvelables à l’horizon 2020 et à 52 % à l’horizon 2030. Pour ce faire, une place de choix a été donnée aux énergies renouvelables et durables avec le lancement de projets d’envergure dans le solaire et l’éolien.

Les 5 sites du PSM

Un Hors-série exceptionnel du magazine Challenge « Les 20 ans qui ont fondé le Maroc de demain » est en vente en kiosque.


Tribune et Débats

La tribune qui vous parle d’une actu, d’un sujet qui fait débat, les traitent et les analysent. Économistes et autres experts, patrons d’entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s’y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.

Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.

 
Article précédent

Vahid Halilhodzic plus proche de la FRMF

Article suivant

Maroc : voici la date des vacances de l’Aïd al-Adha