Auto

Stratégie Point S accélère la cadence

Point S poursuit la politique d’expansion de son réseau en matière d’entretien automobile dans le Royaume. La filiale d’Imperial Invest entend également renforcer le suivi de ses franchisés à travers une offre de produit diversifiée et attractive financièrement, l’objectif étant de doper, à très court terme, son volume d’affaires.  


C’est en marge d’un évènement annuel baptisé le Point S Challenge, organisé pour le coup dans le Royaume par la direction générale du spécialiste français du pneumatique et de l’entretien automobile, que Point S Maroc a profité pour effectuer une sortie médiatique, l’objectif ayant consisté à dresser un premier bilan d’étape faisant suite à la mise en route de son plan stratégique de développement courant 2018.

Faut-il préciser que c’est Impérial Invest qui détient localement la master franchise de l’opérateur français et qui, via sa filiale Impérial Point S, poursuit l’extension de son réseau à travers le Royaume. Une feuille de route qui assigne à la filiale marocaine du spécialiste français dans l’entretien automobile et à ses franchisés locaux une meilleure qualité de service, mais aussi le développement du réseau à travers une gamme de produits et de services riche et diversifiée.

La finalité consistant en la création d’une marque forte, selon Karim Daifliame, directeur général de Point S Maroc qui devrait s’illustrer par l’ouverture d’une cinquantaine de centres à travers le Royaume. Un développement mené tambour battant et sur lequel le groupe vise à réaliser un chiffre d’affaires estimé à 180 millions de DH en 2021, assorti d’une marge opérationnelle estimée à 20%.

Un réseau qui s’étend

Selon Karim Daifliame, Impérial Point S détient à ce jour une vingtaine de centres, dont une dizaine en franchise. «Nous sommes présents actuellement dans une dizaine de villes, mais nous n’en avons pas terminé», renchérit le DG de Point S Maroc. Et d’ajouter : «cinq nouvelles ouvertures sont prévues au cours de cette année à Kénitra, Marrakech, Oujda, Meknès et El Jadida». Des centres qui capitalisent sur une qualité de service se voulant soignée, le client restant, selon Daifliame, au centre de toutes les attentions.  Ce même client qui dispose d’une offre produit bien étudiée, condition sine qua non pour booster l’activité. Aussi, certains centres proposent une palette de services, allant de la simple révision à des prestations plus diversifiées : pneumatiques, vidange, suspension, freinage, climatisation, amortisseurs, échappement révision, diagnostic, pare-brise, lavage…

A noter que Point S Maroc a dévoilé une nouvelle gamme de pneumatiques pour véhicules particuliers, avec une grille de tarifs abordables. Baptisées Point S Summerstar 3+, ces gommes conçues en Allemagne et fabriquées en Europe pour répondre aux contraintes européennes, entendent offrir d’excellentes performances sur l’asphalte du Royaume.

Plus de services

Afin d’accroître ses parts de marchés vis-à-vis de la concurrence, le spécialiste local de l’entretien automobile a augmenté son périmètre d’activité via une offre de services élargie. C’est le cas de Point S City, un concept fondé sur deux principes : la proximité du client et la rapidité pour un service de qualité. Pour autant, le particulier n’est pas le seul cheval de bataille de l’opérateur local, qui cible une clientèle typée entreprise à savoir les poids lourds. C’est ce que permet actuellement Point S industriel, un modèle d’enseigne qui propose une panoplie de services d’entretien rapide entièrement dédiés aux transporteurs et qui consiste, entre autres, au remplacement des pneumatiques, à la vidange, à l’équilibrage… et ce n’est pas tout puisque dans le pipe, Point S Maroc prévoit de lancer à l’horizon 2020 des sites de carrosserie haut de gamme. «Point S Carrosserie s’adressera à une clientèle très sélecte qui cherche avant tout un service d’entretien automobile complet, allant d’une simple révision jusqu’aux travaux de carrosserie les plus complexes», conclut Karim Daifliame.  

 
Article précédent

Al Manama : un échec retentissant

Article suivant

Michel Serres, un indomptable antidogmatique