Industrie

Stroc se bat pour sortir de la crise financière

Introduite en Bourse en 2011, la société de maintenance d’unités industrielles, Stroc Creative Contractor, voit son activité basculer dans le rouge avec une perte de plus de 40 millions de DH, au premier semestre 2015. La société annonce des mesures stratégiques pour inverser la tendance.


Nabil Ziatt, PDG de Stroc Creative Contractor

 

Stroc a affiche, au premier semestre 2015, un chiffre d’affaires de 221 millions de DH, en baisse de 33% par rapport au premier semestre de l’année précédente. Aussi, la société réalise une perte semestrielle de 41 millions de DH pour un résultat net de 8 millions de DH au premier semestre 2014.

Stroc explique cette contre-performance par des modalités de paiement qui prévoient des retenues de garanties de montants importants sans possibilité de cautionnement durant le projet. La société souffre également de tensions fortes de trésorerie à cause de travaux supplémentaires dont les charges ont été engagées mais qui n’ont pu être encore facturés et encaissés du fait de négociations en cours. Enfin, des travaux réalisés depuis mi-mars 2015 sur des marchés, qui n’ont pu être facturés du fait d’un changement du mode d’application de la TVA en cours de projet et dans l’attente de recevoir les attestations d’exonération nécessaires.

Des mesures stratégiques pour inverser la tendance

Pour recapitaliser sa structure financière, Stroc compte négocier la libération des retenues de garanties avec ses clients et finaliser la contractualisation des avenants relatifs aux travaux supplémentaires. Egalement, la société va réduire la masse salariale (en CDI) de 30%, optimiser la gestion du parc de matériel et poursuivre le programme d’optimisation des coûts sur l’ensemble des maillons de la chaîne de valeur. De même, Stroc cherche à engranger de nouvelles commandes d’ici à fin mars 2016 et à activer les démarches d’apport en capital.

«Stroc se bat pour sortir de sa crise financière. Nous travaillons avec deux banques locales et une autre, internationale, pour recapitaliser la société», tenait à rassurer Nabil Ziatt, PDG de Stroc, en marge de la présentation des résultats semestriels de l’entreprise, le 14 octobre 2015, à Casablanca.

Pour les perspectives, Stroc affirme détenir encore un carnet de commandes solide au Maroc, d’un potentiel de 700 millions de DH, mais aussi en Afrique avec un niveau de 60 millions de DH. «Notre filiale mauritanienne de Stroc dispose désormais d’un carnet de commandes en propre de 40 millions de DH», déclare Nabil Ziatt. Pour les chiffres, le PDG de Stroc précise : «la reprise de la croissance n’est pas prévue pour 2015. Nous espérons revenir à l’équilibre au deuxième semestre».

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Abdellatif Jouahri, Wali de Bank Al Maghrib

Article suivant

Projet de loi de Finances 2016 : Les indicateurs chiffrés du projet