Investissement

Le Sud-africain Delta Mara cible l’industrie et l’hôtellerie

Après avoir fait son premier pas dans le Royaume avec le rachat du centre commercial AnfaPlace Shopping Center, le fonds d’investissements Delta Mara, l’un des premiers fonds panafricains à réaliser des investissements au Maroc, veut accélérer la cadence. Séduit par la dynamique de l’économie marocaine et la stabilité politique, Delta Mara nourrit de grandes ambitions. D’abord, le fonds décide d’injecter plus de 200 millions de DH (23 millions de dollars) dans la restructuration du centre commercial AnfaPlace Shopping Center qu’il a racheté il y a un an. L’objectif est d’améliorer l’attractivité du centre commercial et surtout d’adapter son offre aux nouvelles exigences de la clientèle. Ainsi, sur le plan architectural, les travaux de réaménagement vont commencer au second semestre de cette année et seront réalisés par phase dans le but de ne pas perturber l’activité normale du centre commercial. Notons que ces travaux vont durer 14 mois. Il y a aussi une reprogrammation commerciale qui est destinée à rendre l’expérience du centre plus riche et complète, capable d’adresser tous les besoins des visiteurs. Bronwyn Anne Corbett, CEO de Delta Mara, a effectué le déplacement à Casablanca, la semaine dernière, pour rencontrer la presse et lui donner les détails de ce projet. En ce qui concerne les offres, le rez-de-chaussée du centre proposera une offre familiale composée de marques abordables et d’une large gamme de produits et de services pour la famille. « Au premier étage, on retrouvera des enseignes proposant des marques et concepts avec les dernières tendances destinés notamment aux adolescents et jeunes adultes branchés. Le dernier niveau regroupera des marques s’adressant à une cible plus mûre », explique-t-elle.


AnfaPlace Shopping Center revoit donc son approche afin d’attirer de nouvelles enseignes. Notons que des nouveautés vont également être introduites au niveau de l’animation pour attirer encore plus les familles qui viennent faire des achats avec leurs enfants. « Cet investissement souligne notre engagement sur le marché marocain », fait remarquer Bronwyn Anne Corbett. Pour Yasmine Bekkari, co-dirigeante de la société AMS Morocco (filiale d’AMS International), spécialisée dans le conseil, la commercialisation, la gestion et la valorisation de projets immobiliers mixtes comprenant toute classe d’actifs (commercial, résidentiel et tertiaire), cette refonte de l’offre est une nécessité. « Ce n’est pas une question de concurrence. Dans tout projet de centre commercial dans le monde, des phases de restructuration sont toujours prévues parce que les modes de consommation évoluent. Dans toutes les classes d’actifs immobiliers, la classe d’actifs liée au commercial est celle qui doit le plus s’adapter aux nouvelles tendances », explique-t-elle.

En tous cas, Delta Mara ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Le fonds vise également des investissements dans l’industrie. « L’industrie marocaine présente des opportunités très intéressantes pour nous. Nous voulons investir dans l’immobilier industriel. Le Maroc est un marché développé qui répond à nos attentes », concède Bronwyn Anne Corbett. La directrice générale du fonds d’investissement explique aussi que son équipe cible des acquisitions à Marrakech dans l’hôtellerie notamment. « A Tanger, nous visons plus des projets dans le secteur industriel. Nous ne pouvons pas développer des projets dans le secteur du retail là-bas parce que, contrairement à Casablanca, la taille de la population dans cette ville ne peut pas tout absorber, d’autant plus qu’il y a déjà d’autres grands centres commerciaux qui opèrent déjà », détaille-t-elle. Notons que le fonds mise 100 millions de dollars pour ses acquisitions. Une enveloppe qui pourrait bien augmenter selon l’évolution de son business dans le Royaume.

Pour rappel, Delta Mara est le plus grand fonds immobilier panafricain spécialisé coté à la Bourse de Johannesburg et à celle de l’Ile Maurice. Il gère plus de 480 millions de dollars d’actifs, dont un important portefeuille en Tanzanie, en Ouganda, au Mozambique, au Nigéria, etc.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Abderrahim Atmoun : « La grande majorité des députés européens souhaitent préserver les relations avec le Maroc »

Article suivant

Une nouvelle approche pour booster l’entreprenariat culturel