Non classé

Suivez en direct à 16 heures l’intervention de Abdellatif Jouahri : probable baisse du taux directeur

Le deuxième Conseil de Bank Al-Maghrib (BAM), au titre de l’année 2020, se tiendra le 16 juin pour décider de la conduite de la politique monétaire. Vous pouvez suivre en direct à 16 heures sur : www.challenge.ma l’intervention de Abdellatif Jouahri suite la tenue de la réunion du conseil de Bank Al-Maghrib, programmée le même jour. Il est à rappeler que lors du dernier Conseil tenu le 20 mars 2020, Bank Al Maghrib a décidé de baisser de 25 Pbs le taux directeur à 2% en vue de soutenir l’économie nationale face aux répercussions de la pandémie Covid19. Cette décision, qui intervient après une longue période de statu quo (avec un taux directeur inchangé à 2,25% depuis le deuxième trimestre de l’année 2016) s’est appuyée sur l’absence de pressions inflationnistes à l’horizon de prévision du premier trimestre 2022.


Voici les prévisions pré-conseil de BAM de CDG Capital

Les décisions du Conseil de Bank Al-Maghrib concernant la politique monétaire, pour le prochain troisième trimestre 2020, devraient tenir compte de deux principaux axes d’une part, la forte déstabilisation des sphères économique et financière, sous l’effet du confinement et des conditions mondiales défavorables, particulièrement chez nos partenaires commerciaux, et d’autre part, les exigences de relance post-Covid19, notamment le soutien des différents opérateurs économiques et des politiques publiques.

Dans ce contexte particulier, la Banque centrale a mené une réforme importante en vue de faciliter l’accès aux financements à l’ensemble des établissements de crédits, et ce à travers : 

  • L’élargissement du collatéral, pour contenir les différents types de titres privés (BSF, FPCT, les titres libellés en devises) avec une révision des coefficients de décote.
  •  La hausse de la fréquence des appels d’offre pour le programme de financement des TPPME lancés dans le cadre de l’initiative « Intilaka » pour investissement et fonctionnement : passage d’une fréquence trimestrielle à mensuelle, avec comme plafond du montant accordé celui distribué par la banque le mois précédent.
  •  L’éligibilité de certains établissements de crédit non assujettis à la réserve obligataire à quelques instruments de la politique monétaire.

De même, comme précité, la Banque centrale a intensifié le recours aux instruments de long terme, particulièrement les opérations de pensions livrées et les prêts garantis, en vue de garantir des ressources plus stables aux banques de la place.

Pour ce qui est du taux directeur, représentant le coût de refinancement des banques auprès de la Banque centrale, qui conditionne l’évolution du coût de l’argent aussi bien pour le secteur privé que l’Etat, l’absence de pressions inflationnistes d’un côté et les conditions difficiles dans lesquelles devrait évaluer l’économie nationale au cours de la période avenir, de l’autre, pourraient motiver des baisses supplémentaires du taux directeur lors des prochains Conseils de Bank Al-Maghrib au titre de l’année 2020.

 
Article précédent

Coronavirus: 51.000 enfants menacés par la perturbation des services essentiels de santé (ONU)

Article suivant

GCAM : dispositif de relance économique post-Covid-19