DossierFlash-eco

Tanger Med : à grand port, grandes manœuvres digitales

Occupant une position géographique privilégiée sur le détroit de Gibraltar, la deuxième voie maritime au monde, Tanger Med capte plus du cinquième de ce trafic global. Une performance qui le hisse dans le Top 50 des grands ports mondiaux. Mais pour rester dans la cour des grands, Tanger Med, à l’instar des autres grands mondiaux, doit pouvoir non seulement accueillir des porte-conteneurs aux capacités de plus en plus importantes, mais aussi de réduire considérablement le temps de transit de ces navires. Et cela passe par la digitalisation.


À Tanger Med, l’entrée et la sortie des navires ne sont que la partie visible d’une chorégraphie orchestrée par différents acteurs : Douane, police, gendarmerie, agents maritimes, transitaires, transporteurs, commis, les concessionnaires, sous-traitants, les opérateurs logistiques, marine marchande, services phytosanitaires, importateurs-exportateurs … ils ont tous le même objectif : gagner du temps. Chaque élément de la chaîne du port est optimisé. Celle des porte-conteneurs devant le port, des poids lourds à l’entrée, des formalités administratives multiples… Autant de tâches accélérées grâce à ses supports et infrastructures IT impressionnants. Résultat des courses : le digital a facilité les échanges entre partenaires et dématérialisé les procédures administratives.

Les standards qui font un grand port mondial

En effet, le trafic de conteneurs dans le monde a connu une croissance spectaculaire et la compétition dans ce secteur est devenue rude. Les grands armateurs mondiaux cherchent avant tout à minimiser le temps d’immobilisation de leurs navires à quai. À ce titre, il se pose la question pour les ports de pouvoir non seulement accueillir des porte-conteneurs aux capacités de plus en plus importantes s’ils ne veulent pas être marginalisés mais aussi de réduire considérablement le temps de transit de ces géants de la mer. C’est dire qu’avec l’augmentation constante du volume de fret et de la taille des navires, la pression sur les ports pour optimiser leurs pratiques se fait de plus en plus forte. Résultat : tous les grands ports ont misé dans la digitalisation. C’est un réel argument commercial quand on sait qu’une heure d’attente dans un port coûte énormément.

La digitalisation, nerf de la guerre

Ainsi, tous les grands ports cherchent à fluidifier leur trafic, et ainsi à gagner en compétitivité, grâce au numérique. L’objectif est de faciliter l’entrée des navires et accélérer leur déchargement, grâce à la digitalisation. C’est dire qu’actuellement, il ne suffit plus de construire des quais et attendre que le navire arrive. Les ports qui ne s’y mettent pas, ne peuvent pas survivre dans l’intensité concurrentielle internationale. Autrement dit, s’ils ne parviennent pas à anticiper suffisamment les besoins de leurs clients, qu’ils soient maritimes ou terrestres, ils sont voués à être en grande difficulté. C’est fondamental vis-à-vis des compagnies maritimes, des portes conteneurs mais aussi pour les importateurs et exportateurs.

Pour améliorer leur productivité et leur efficacité, les différents acteurs ont adopté des solutions innovantes. De plus en plus de compagnies maritimes, utilisent des technologies IT pour équiper leurs porte-conteneurs.

Cette technologie transforme les conteneurs en objets connectés intelligents, ce qui permet de se préparer pour l’arrivée du conteneur au port. Même stratégie pour les ports qui adoptent des programmes innovants en déployant l’assistance technologique aux autres parties prenantes. Par exemple, les conteneurs connectés offrent une traçabilité accrue pour le transport agro-alimentaire, les chaînes du froid ou encore le transport de poissons vivants. En effet, l’intelligence artificielle, les Big Data et autres solutions technologiques permettent aux ports d’être plus intelligents vis-à-vis de la gestion d’un flux, d’une situation ou d’un client. Les grands ports cherchent à capter, anticiper pour prendre les meilleures décisions, améliorer les processus, les rendre plus efficaces ou plus propres. Cette compétitivité est recherchée côté mer et côté terre, c’est-à-dire qu’il faut veiller à la fluidité des marchandises en entrée et sortie et lors des opérations de changements des navires.

L’approche de Tanger Med aujourd’hui est de relier les différents acteurs de la chaîne du port. En fait, en étant interconnectés, ces acteurs gagnent ainsi en fluidité, en traçabilité et cela permet de réduire les coûts. Aujourd’hui pour être compétitifs, les grands ports doivent être en mesure de faire transiter les flux d’informations qui accompagnent le passage des marchandises et des passagers.

Ces informations apporteront une véritable valeur ajoutée au port et donc à ses utilisateurs, en faisant baisser les coûts ou augmenter les revenus. Le voyage d’un conteneur de marchandises, par exemple, d’un point A à un point B, reste lent et compliqué, en fonction des modes de transport utilisés et des pays traversés. Une telle opération nécessite, aujourd’hui encore, de nombreux documents administratifs, sans parler, entre autres, d’une main-d’œuvre importante. Autant de barrières qui ralentissent les mouvements de ce conteneur. Toutes ces informations existent et sont répertoriées, mais elles ne sont pas partagées de manière homogène entre les différents intervenants de la chaîne de transport.

Aux bas mots, les ports doivent sans cesse améliorer la qualité, augmenter la productivité afin de rester compétitifs.  La mise en place de solutions smart et de services plus intelligents a aidé les ports à progresser. Elle a également facilité les collaborations et le partage des informations entre les autorités portuaires et leurs partenaires. Les ports se développent aujourd’hui comme des plaques tournantes incontournables, à l’échelle du fret, des navires ou des personnes, mais aussi au regard des volumes d’informations qui y circulent.

Aujourd’hui, Tanger Med estime que la transparence apportée par le numérique pourrait être un levier de croissance. Aussi, il est en train de dérouler un changement de cap radical vers la transformation digitale.

À suivre :

– Digitalisation : où en sont les autres grands ports ?

– Digitalisation et TMIS : la moelle épinière de Tanger Med

– Tanger Med : une plateforme IT et des solutions contemporaines

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Seat introduit son premier SUV au Maroc

Article suivant

Samsung Galaxy Note9 passe le test de la rédaction