Flash-ecoIndustrie

Tanger Med poursuit son accompagnement des zones franches africaines

Et de trois pour l’Organisation Africaine des Zones Franches (Africa Free Zones Organization, AFZO, en anglais), lancée en 2015 à l’initiative de Tanger Med avec la participation de représentants de la Mauritanie, de la Côte d’Ivoire, du Sénégal, du Gabon, du Cameroun, de la Tunisie, du Tchad, de l’Egypte et du Maroc. Après les deux éditions à Tanger, l’AFZO tient depuis le 20 septembre et ce jusqu’au 22 septembre la troisième « Rencontre des zones économiques africaines » à Abidjan en Côte d’Ivoire. Ce rendez-vous dans la capitale économique ivoirienne réunit les représentants de 30 pays africains pour traiter et échanger dont le Tchad, le Mali, le Sénégal, l’Egypte, le Ghana, la Côte d’Ivoire, le Nigéria, l’Uganda, la Tunisie, le Cameroun, le Gabon, le Botswana, le Rwanda, le Djibouti, la Zambie, le Maroc, le Burkina Faso, la Mauritanie, l’Angola, l’Afrique du Sud, le Soudan, la Guinée, la Libye, le Bénin, l’Ethiopie, le Kenya, la Gambie, le Togo, Madagascar, et le Congo. Une délégation de Tanger Med, conduite par son Président, Fouad Brini, prend part à l’événement. Il faut dire qu’après sa création, l’organisation a enregistré l’adhésion des principales zones économiques africaines, des zones franches et des institutions en charge du développement, de la gestion et de la promotion des zones économiques et des zones franches en Afrique grâce à la forte implication de Tanger Med dans la promotion des activités de l’association en la soutenant avec les ressources nécessaires afin de participer à la création des dynamiques industrielles en Afrique. L’AFZO compte à ce jour 29 membres représentant 18 pays africains.


A Abidjan, ces dirigeants de zones économiques et de zones franches ambitionnent de renforcer les relations de partenariat à travers le déploiement d’un écosystème intégré et d’une approche économique participative. Ces derniers et les experts internationaux, débattent autour de la thématique générale « La contribution des Zones Économiques et Zones Franches au progrès économique durable en Afrique ». Durant l’événement, les experts internationaux venus d’Europe, d’Afrique et d’Amérique interviennent également pour échanger sur les meilleures pratiques et modèles pour le développement réussi de zones économiques spéciales. Diverses sessions sont prévues pendant cette journée du 21 Septembre et portent sur des sujets pertinents liés au développement des zones économiques et des zones franches en Afrique, les défis et rôles des zones économiques et des zones franches en termes d’attractivité des IDE, les stratégie d’investissement et de financement, ainsi que l’intégration régionale des zones. La journée a été marquée par la présence du Ministre de l’Industrie et du Commerce de Côte d’Ivoire, Souleymane Diarrassouba, du président de Tanger Med, de la présidence de la Banque africaine de développement (BAD) et autres invités d’honneur.

Aujourd’hui, à l’instar des dragons asiatiques, les pays africains multiplient les créations de zones franches pour développer leur industrie. Au Maroc, Tanger Med est le développeur d’une plateforme industrielle de plus de 2 000 hectares constituée de 6 zones franches et zones économiques de référence à l’échelle du continent. Première Zone Franche Industrielle en Afrique (selon le Classement Financial Times 2017), Tanger Med abrite près de 1 000 entreprises en activité qui représentent un volume d’affaires d’export annuel de 6 400 millions d’euros dans différents secteurs tel que l’automobile, l’aéronautique, la logistique, le textile et le commerce. Il constitue également un hub logistique mondial, situé sur le Détroit de Gibraltar et connecté à 186 ports mondiaux. Egalement premier port à conteneurs en Afrique (Classement « Container Management » 2018), Tanger Med offre des capacités de traitement pour 9 millions de conteneurs, transit de 7 millions de passagers et 700.000 camions TIR, et l’export de 1 million de véhicules.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Accord agricole : le Parlement européen s’aligne du côté du Maroc

Article suivant

Auto Hall : chiffre d'affaires consolidé de 2,4 milliards de DH