Economie

Tanger Med reprend le dessus sur Algésiras

La fin de l’année 2011 et le début de l’année 2012 avaient été diffi ciles pour le port de Tanger Med, mais visiblement l’activité est revenue à un niveau largement supérieur à celui d’avant la crise. Le  port marocain est sur le point de dépasser celui d’en-face, en l’occurrence Algésiras.



E
n 2011, le port d’Algésiras  enregistrait un record historique de son trafic de marchandises, qui avait dépassé 3,5 millions de tonnes de fret. Un résultat qui dépassait les prévisions les plus optimistes. Cette croissance  venait du trafic de containers  représentant les deux tiers du volume de marchandises en transit, avec une augmentation sensible de 30 % par rapport à l’activité enregistrée en 2010.  Pendant ce temps, le port de Tanger Med traitait un trafic global de 26,98 millions de tonnes, en hausse de 17,3%. Cependant, derrière ce chiffre annuel
se cache une forte baisse  à partir du deuxième semestre suite au déclenchement de troubles sociaux. La situation ne s’arrangera qu’un an plus tard, notamment à partir du deuxième semestre 2012.  Cela s’est fortement ressenti dans les réalisations du port de Tanger Med pour l’exercice qui vient de s’écouler.

En effet, l’année s’est terminée sur une  baisse de 13% par rapport à  2011. Néanmoins, «l’activité TangerMed du deuxième semestre 2012 a connu une croissance de +14 % par rapport à la même  période 2011», explique Jamal Mikou, DG de Tanger Free  Zone. C’est donc cette forte reprise qui a permis d’éviter la catastrophe vers laquelle se dirigeait le port de Tanger. Car faut-il le rappeler, l’activité s’était repliée de 35% au   premier semestre 2012. Une bonne tenue Cette bonne santé est confirmée par les opérateurs, notamment le géant APM terminals spécialiste du transbordement, mais également la PME Timar,  qui est positionnée dans le transport roulier (Ro-Ro). «Sur une base mensuelle, l’activité est largement revenue au dessus de son niveau d’avant la crise»,     confirme Hartmut Goeritz, Directeur Général d’APM terminals Tanger. Il explique en effet, que l’activité a atteint un volume mensuel de 130.000 équivalents vingt pieds (evp), soit 32 mouvements par portique et par heure. D’ailleurs, la société a terminé l’année 2012, non pas sur une baisse, mais plutôt une amélioration de 4% par rapport à 2011. La bonne tenue de l’activité est  également confirmée auprès d’une PME cotée à la bourse de Casablanca, en l’occurrence Timar.

«Grâce au marché remporté auprès de Renault, notre activité qui n’avait pas été affectée par les  mouvements sociaux, a bénéficié d’une croissance significative», souligne Nicolas Rougerie, directeur auprès de Timar. Il faut noter que dans son activité  de transbordement, le port de Tanger Med est en concurrence avec deux autres ports situés de l’autre côté de la Méditerranée. Il s’agit en en l’occurrence d’Algésiras et Alméria. Au niveau du port d’Algésiras,  selon certaines indiscrétions «l’un des opérateurs, TTIA filiale du groupe Hangin, aurait terminé l’année sur une baisse de 34% de son activité». TTIA traiterait un volume mensuel  de 65.000 mouvements contre une moyenne de 85.000 il y a un an. C’est dire que l’activité du port de Tanger est en train de prendre le dessus sur celui d’Algésiras qui a été  nettement plus touché par la crise. Aujourd’hui, Tanger Med compte notamment booster le trafic Asie-Afrique tout en tirant profit du volume sur l’axe Asie Amérique et Europe-Amérique. ■

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

L'endettement de l'état inquiète

Article suivant

Hoda Sâad: elle dialecte à tout va.