Investissement

Tanger-Tétouan-Al Hoceima : un bon cru des IDE

La région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima poursuit son progrès à grands pas et continue de renforcer son positionnement en termes d’essor économique et social au sein du Royaume, s’engageant ainsi dans une nouvelle ère de développement tout en donnant naissance à un modèle purement marocain de développement local intégré.


C’est en effet un ensemble de projets structurants et d’investissements publics et privés qui ont permis à la région de consolider sa position en tant que locomotive du développement, des projets comprenant les secteurs de l’économie, l’industrie, la culture, les infrastructures, la médecine, ainsi que l’enseignement et la formation, faisant du capital humain un axe et un objectif.

La région a bénéficié d’une Haute Sollicitude Royale à tous les niveaux, qui a permis de réaliser, en un espace de temps très réduit, un réel essor en termes de développement dans divers domaines, comme en témoigne la dynamique qu’a connu le tissu entrepreneurial ces dernières années, le nombre d’entreprises créées passant de 6.403 en 2010 à 20.000 en 2018.

La dynamique enregistrée par la région durant la dernière année n’est autre que le résultat naturel d’un processus de développement lancé depuis plusieurs années, ayant permis à la région d’atteindre une croissance nette de 5,8% en 2017, soit plus que la croissance nationale moyenne (4,2%), selon le rapport sur les comptes régionaux publié par le Haut-Commissariat au Plan en septembre. Le rapport relève également que grâce à cette dynamique, la contribution à la croissance du PIB national de la région s’est élevée à 0,6%, faisant ainsi de la région la 3ème plus importante région génératrice de revenus au niveau national, derrière Casablanca-Settat (1,3%) et Rabat-Salé-Kénitra (0,8%).

Cette dynamique a également vu le jour grâce aux efforts consentis en termes d’investissements publics dans la région au fil des années. En effet, les préfectures et provinces relevant de la région ont perçu des investissements publics de plus de 31 milliards de dirhams en 2018, ayant permis de créer d’importantes infrastructures économiques et un tissu entrepreneurial diversifié, à même d’améliorer les indicateurs de l’emploi et de création d’entreprises.

Le secteur industriel a consolidé sa position en tête des activités économiques qui attirent les investissements nationaux et internationaux dans plusieurs secteurs, notamment le secteur automobile, l’aéronautique, le textile, les services et la logistique. En effet, les zones industrielles relevant de Tanger Med abritent actuellement 912 entreprises dans différents domaines, qui représentent un volume d’affaires annuel de plus de 7 milliards d’euros.

Depuis début 2019, les investissements industriels étrangers se sont multipliés dans la région, compte tenu du climat des affaires adéquat qu’elle offre aux entreprises internationales pour développer leurs activités au sein du Continent africain et répondre aux besoins de leurs clients internationaux du Maroc. En effet, le groupe indien Varroc Lighting Systems, spécialisé dans la production de systèmes électriques de véhicules, a inauguré à Tanger, la première partie d’une usine avec un investissement de 45 millions d’euros, tandis que l’usine de câblage du groupe allemand Prettl a commencé sa production, grâce à un investissement de 130 millions de dirhams.

Lire aussi : Tanger Med plébiscité par la CNUCED

L’équipementier japonais Mitsui a investi 12,5 euro pour lancer une usine unique dans le continent africain de production de mécanismes de verrouillage de portes sur un terrain de 20.000 mètres carrés, tandis que le groupe français Valeo a investi 130 millions d’euros pour la fabrication de pièces et équipements automobiles.

Le secteur du textile a également repris son souffle, un certain nombre d’usines ayant renforcé leurs investissements dans la Tanger Free Zone, notamment Vita Couture D-Print, qui a investi 220 millions de dirhams pour le lancement d’une nouvelle usine, alors que la société française MyOpla, spécialiste des centres de contacts et des processus d’externalisation a ouvert un nouveau centre avec un investissement total de 20 millions de dirhams, employant 500 personnes.

10% de la population active marocaine

La région, qui abrite plus de 10% de la population active marocaine, n’a pas connu un essor sur le plan économique uniquement, puisqu’elle s’est entièrement renouvelée. Cette année, la faculté de médecine ainsi que l’Institut de formation aux métiers des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique se sont ouverts, tandis que le projet de la cité des métiers et des compétences de Tanger est sur le point d’être lancé sur une surface de 12 hectares. L’Ecole nationale de commerce et de gestion et la faculté pluridisciplinaire d’Al Hoceima sont également deux projets en cours de réalisation, dont le principal but est de promouvoir le capital humain de la région, tout en garantissant un niveau de formation adéquat compte tenu des besoins du marché du travail.

S’agissant du secteur de la santé, le centre hospitalier universitaire de Tanger et l’hôpital provincial d’Al Hoceima ouvriront bientôt leurs portes, alors que l’étude des travaux de construction de l’hôpital provincial d’Ouezzane débutera prochainement. Une convention portant sur un montant de 256,9 millions de dirhams a également été signée en vue d’améliorer et de renforcer les services de santé au sein des préfectures et provinces de la région durant la période 2019-2021.

Si la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima poursuit son essor, des efforts doivent être consentis à l’avenir pour garantir un équilibre entre les préfectures et les provinces de la région, avec des investissements permettant de réduire la migration et de renforcer l’équité territoriale.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Un autre acteur marocain débarque en Côte d’Ivoire

Article suivant

Meknès abrite les "Media Impact Days"