Portrait

Tarik Fadli, PDG d’Algo Consulting group : un génie du digital

Après des études universitaires et une longue carrière professionnelle aux Etats-Unis, Tarik Fadli rentre au bercail pour se lancer à son propre compte. A la tête d’Algo Consulting group, une entreprise qu’il a fondée en 2007, il participe aujourd’hui à la transformation digitale de l’administration et de l’entreprise marocaines. 


Pur produit de l’école publique marocaine, Tarik Fadli est aujourd’hui à la tête de sa propre entreprise. Une fierté pour le natif de Benslimane. «Je suis fier d’être issu d’un milieu social modeste de Benslimane où j’ai grandi. Je suis également fier d’avoir fait tout mon parcours scolaire sur les bancs de l’école publique marocaine», rappelle-t-il d’entrée.

Tarik Fadli est un geek invétéré. Il découvre l’ordinateur à l’âge de 9 ans et ne s’en sépare plus. « La première fois que j’ai vu ou touché un ordinateur c’était dans le Moussem de Sidi Mohamed Benslimane. Quelques mois plus tard, mon père est rentré à la maison un soir avec un PC. Je devais avoir 9 ou 10 ans, c’était magique. Ce fut le début de cette passion que j’ai pour la technologie », confie-t-il.

Ce natif de Benslimane, qui se décrit comme « élève de niveau moyen partisan du moindre effort», poursuit alors son cursus scolaire et décroche son BAC scientifique en 1997, au Lycée Hassan II à Benslimane. A fond dans sa passion pour l’information et la technologie, il nourrit alors l’ambition d’aller poursuivre ses études aux Etats-Unis.

«J’ai été tellement impressionné par les avancées technologiques des Américains que mon seul objectif après le BAC était de partir étudier le génie informatique aux USA, dans une grande université comme le MIT, Yale, Stanford…», confie Tarik Fadli.

Une belle aventure au pays de l’oncle Sam

«Mais la réalité a voulu que les moyens financiers de mes parents ne soient pas assez suffisants pour couvrir toute la durée de mes études. Mes études allaient coûter au minimum 120.000 DH par an, sans compter les frais liés à mon séjour. Et en plus, je suis l’aîné d’une fratrie de 5 enfants. J’ai donc opté pour le Colorado, un Etat dans lequel les universités étaient plus abordables. Mais, je devais bosser dès les premiers jours pour pouvoir y rester et finir mes études», poursuit-il.

Tarik Fadli intègre alors l’Université du Colorado en génie mécanique. Très déterminé, il ne lâche rien. Il travaille comme un forcené et ne quitte pas l’école «de 7h à 22h». Il a réussi à mixer études et travail à mi-temps à la perfection. Son abnégation et aussi sa passion pour l’informatique impressionnent. Il est alors engagé en tant que technicien informatique de l’université dans laquelle il étudiait. En même temps, il donnait des cours du soir aux élèves de 1ère année soit en mathématique, soit en informatique (College Algebra, Logic design, Programmation sous visuel Basic et Cisco LAN). En plus de cela, les week-ends, il devait aussi se trouver des petits jobs d’étudiants. «Donc, j’ai jonglé avec 3 boulots entre mes cours au Campus de l’université durant la semaine. Le week-end, pour arrondir mes fins de mois, je travaillais dans les chantiers de construction. Cela a duré les premiers 18 mois. Puis, mon boss au laboratoire m’a proposé un poste d’ingénieur réseau. Après avoir réussi des tests de certification, le chef de département m’a proposé d’enseigner mon premier cours de Logic & Design. Les deux jobs offraient 50% de réduction sur mes cours. Tout cela alors que je n’avais que 19 ans, était juste incroyable. Mais, les Etats-Unis, c’est le pays où tout est possible », raconte le serial entrepreneur.

«Travailler à l’université était extraordinaire car, en quelques mois, j’ai pu développer des connaissances dans plusieurs domaines informatiques, ce qui a permis à l’un de mes camarades de classe, qui était chasseur de tête, de me proposer un job d’Ingénieur en Développement Logiciel, et je n’avais que 20 ans, chez le groupe CTL THOMPSON INC, qui opérait dans le Génie Civil, et au sein duquel j’ai été promu CIO (DSI) trois ans plus tard. Je suis aussi devenu actionnaire de la société, qui comptait 500 ingénieurs civils à l’époque», poursuit-il.

Après cette expérience, Tarik est débauché pour occuper le poste de Chief Technology Officer chez Ardent Financial (National Student Loans), une banque 100% en ligne de crédit de scolarité. « A ce poste, mon défi était d’optimiser la gestion d’octroi de crédits. J’ai alors mis en place une solution, avec plusieurs indicateurs statistiques, qui centralise toutes les informations des clients et qui remplace les formulaires. Pour répondre à une demande de crédit, cela ne prenait que quelques secondes. C’était une première aux Etats-Unis en termes de vente de crédits de scolarité », assure Tarik Fadli.

Le retour au Maroc

Après cette expérience, Tarik Fadli décide de rentrer au bercail suite à une offre de Microsoft Moyen Orient et Afrique, pour occuper le poste de Lead Solutions Architect pour la région, avec un bureau basé au Maroc. Il reste seulement quelques mois à ce poste avant de décider de se lancer à son propre compte. Tarik Fadli fonde alors Algo Consulting Group en 2007, une startup opérant notamment dans la transformation digitale.

Aujourd’hui, Algo Consulting Group basé à Rabat est un acteur majeur de la transformation digitale dans le Royaume, tant auprès du secteur public que privé. La startup a à son actif plusieurs exploits, comme la machine qu’elle a conçue pour dématérialiser les cinq procédures administratives les plus courantes au Maroc, c’est-à-dire la légalisation de signature, la copie conforme, la copie d’acte de naissance, le certificat de résidence et la déclaration de perte.

Soulignons que cette invention a été brevetée auprès de l’OMPIC en 2013, et qu’elle a reçu le prix «Coup de cœur» des trophées de l’innovation au Salon Med IT 2013. Cette solution de dématérialisation mise en place par la startup est axée sur l’identification de la personne à travers la lecture automatique des informations biométriques de la carte d’identité nationale ou du passeport, mais aussi de la lecture de l’empreinte digitale ou rétinienne ou même de la reconnaissance faciale. Son objectif final est de dématérialiser à terme les Mouqataâtes du Royaume. Dans ce sens, un projet pilote a été installé à Fkih Ben Saleh, et l’ambition est d’équiper pas moins de 1500 communes et 300 annexes de cette solution d’ici 2020 à 2021. Le tout dernier projet majeur sur lequel a travaillé l’entreprise concerne Al Boraq, le Train à Grandes Vitesses de l’ONCF.

Partenaire de l’office depuis 2008, Algo est derrière tout le processus de digitalisation lancé ces dernières années par le transporteur ferroviaire national. C’est elle qui a conçu le système de tarification d’Al Boraq, notamment la gestion des réservations multicanales (site internet, application mobile, guichets automatiques…).

« Le moment où nous avons vu S.M le Roi et le président Emmanuel Macron prendre les tous premiers tickets d’Al Boraq, lors de l’inauguration, constitue une grande fierté pour moi et mes équipes », assure le serial entrepreneur. Algo Consulting group est aujourd’hui en plein essor.

L’entreprise a notamment opté pour l’internationalisation de ses activités et dispose de filiales notamment aux Etats-Unis, en Inde, aux Emirats Arabes Unis, et réalise pas moins de 40 millions de DH de chiffre d’affaires. Mais, rien n’arrête Tarik Fadli.

En 2016, il lance La Marocaine des e-Services, une société qui opère dans le cadre de Partenariat Public-Privé pour fournir des services et des solutions innovantes de dématérialisation des services administratifs.

«L’aventure Algo m’a fait découvrir ma mission de démocratiser l’accès aux services de l’administration à travers l’innovation et la disruption. Donc, j’ai lancé avec mon partenaire La Marocaine des e-Services, qui opère dans la plateforme Wraqi.ma. Cette solution a été primée à plusieurs reprises aux niveaux national et international», précise Tarik Fadli. Son ambition est de pouvoir désormais généraliser la plateforme Wraqi à l’ensemble du territoire du Royaume. « Je suis convaincu qu’elle va nous aider à résoudre plusieurs challenges», conclut l’expert en transformation digitale. 

BIO EXPRESS

1980 : Naissance à Benslimane
1997 : Obtention du BAC et départ pour les Etats-Unis
2007 : Création d’Algo Consulting group
2016 : Création (en partenariat) de la société
            La Marocaine des e-Services

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Taxe sur les véhicules : la DGI annonce trois nouvelles mesures

Article suivant

Endeavor célèbre les entrepreneurs