Tribune et Débats

Tebboune tourne le dos à une majestueuse main de fraternité [Par Mehdi Hijaouy]

Le Discours de Sa Majesté Le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, du 31 juillet 2021, marquant son 22ème anniversaire d’intronisation, n’est point une surprise car notre Auguste Souverain prône, depuis toujours, la paix pour son bon voisinage maghrébin et africain, ainsi que pour la région euro-méditerranéenne, voire même pour le monde.

En effet, Sa Majesté a bien souligné, lors de ladite allocution, que «le Maroc s’attache à poursuivre ses efforts sincères, pour consolider la sécurité et la stabilité dans son environnement africain et euro-méditerranéen, et plus particulièrement dans son voisinage maghrébin». Selon le prophète «alayhi salate wa salam» : «Jibril ne cesse de me recommander d’être bienveillant envers le voisin au point où j’ai cru qu’il allait faire de lui l’un des successeurs», ce qui explique la place particulière et privilégiée, accordée au voisinage par la religion musulmane, un principe qui ne peut être que soigneusement et profusément appliqué par notre Auguste Souverain, en sa qualité d’Amir Al Mouminine.


Le Royaume chérifien, fervent défenseur des causes maghrébines et africaines. Notre pays, très engagé dans le dénouement des crises libyenne, tunisienne, voire même mauritanienne, impressionne, à date, toute la communauté internationale, à travers son grand tact diplomatique, sa bienveillance, sa générosité et sa grande ingéniosité, avec une voix hautement écoutée et appréciée par tous les observateurs, ainsi que par les antagonistes.

Lire aussi | Algérie. Ramtane « la Naphtaline »

En Libye
Le Maroc a abrité à Skhirat et à Bouznika, multiples négociations de paix qui ont abouti, entre autres, à la formation en 2015 du gouvernement de l’Entente Nationale et du Conseil Suprême de l’État libyen; pourparlers qui allaient faire sortir ce pays de sa situation chaotique.

Cette valeur ajoutée et unique du Maroc, dans ses démarches de paix et de réconciliation, est reconnue par la communauté et les organisations internationales. D’ailleurs, le témoignage onusien, en la personne de Monsieur Stéphane Dujarric, porte-parole du Secrétaire général des Nations Unies, n’avait pas manqué de rappeler, en septembre 2020, que :

– «Depuis le début de la crise libyenne, le Royaume du Maroc a joué un rôle constructif et a contribué aux efforts de l’ONU, visant à parvenir à une résolution pacifique au conflit libyen».

– «L’accord politique libyen signé en 2015 à Skhirat témoigne de l’engagement résolu du Maroc à trouver une solution à la crise libyenne aux côtés des Nations Unies».

Lire aussi | « Si Laamamra, lorsque votre maison est en verre, évitez de jeter des pierres sur votre adversaire »

En Tunisie
Le Maroc a toujours été proche de la Tunisie, dont les profondes relations de fraternité et de solidarité liant ces deux pays maghrébins frères remontent à des siècles. Le Royaume a constamment répondu présent pour apporter son soutien à la Tunisie. Tout récemment, Sa Majesté Le Roi Mohammed VI, a ordonné l’envoi d’urgence, d’une aide médicale, pour le soutenir dans sa sortie de crise pandémique de covid-19. S’en est suit une visite officielle à Carthage, en date du 27 juillet 2021, du ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’Étranger, en vue de transmettre un message oral de Son Auguste Souverain au Président tunisien, Monsieur Kais Saied.

Cette rencontre, motivée sur la base d’une détermination commune, permettrait de «renforcer davantage les relations de coopération bilatérale ainsi qu’à satisfaire les attentes des deux peuples frères».

En Mauritanie
A date, d’énormes investissements (Télécom, Banques, Exploitation minière, infrastructures, etc.) se chiffrant à des dizaines de millions de dollars, sont réalisés par des opérateurs marocains, pour contribuer au développement économique de la République Islamique de Mauritanie, dont les relations religieuses sont inaliénables, puisqu’elles ne sont, in fine, que la continuité du Royaume chérifien.

Interrogé par le magazine Jeune Afrique, le 18 juin 2021, le ministre mauritanien des Affaires étrangères, réaffirme sa bonne entente avec son voisin marocain, en ajoutant que «nous préparons actuellement la Commission militaire mixte (Maroc-Mauritanie). Plusieurs échanges ministériels ont eu lieu entre les deux pays et ça va continuer. Le flux des échanges est énorme, dans les domaines de l’éducation – il y a beaucoup d’étudiants mauritaniens au Maroc, malgré la pandémie – et du commerce. Cela va s’accentuer et s’améliorer».

Chose qui témoigne, une fois de plus, que le Maroc est un pays de conciliation, de paix et de partenariat constructif.

Lire aussi | Pegasus, médiatus, propagus

Et l’Algérie ?
Même le voisin n’y est point exclu, sachant que le Royaume chérifien lui a toujours démontré ses bonnes intentions, lui tendant une main de paix et de conciliation, à plusieurs reprises, pour tisser une coopération bilatérale des plus exemplaire et construire le Grand Maghreb Arabe, mais en vain.

Un Maroc, érigé en véritable puissance influente régionale et africaine, ayant fait ses preuves dans différentes industries de pointe, pourrait partager, avec grande joie, ses expertises technique et humaine, pour soutenir une Algérie désorientée et en pleine déperdition, notamment, sur les plans économique, financier, sécuritaire, militaire, culturel, sanitaire, environnemental, numérique, social, y compris énergétique…. donc au bord de la déchéance totale, voire plus.

Le peuple algérien, émerveillé par le Discours Royal, se retrouve fortement attristé par la passivité, le négativisme et la réaction immature de son Gouvernement. La médiocrité du régime algérien, manquant de témérité et de sagesse, s’interdit de répondre au noble Appel Royal de réconciliation et de paix et fait montre, une fois de plus, de sa totale animosité envers le Royaume chérifien. Chose qui prouve son intention indéterminée, de voir son peuple vivre,
indéfiniment, dans la misère, en refusant de répondre favorablement à une main d’or, soyeusement tendue, qui aurait, pourtant, apporté toute l’oxygénation nécessaire et permis aux pauvres citoyens algériens de retrouver leur bien-être et de respirer dignement.

Étant sous le contrôle et les ordres directs du pouvoir en place, les médias algériens se sont empressés de rétorquer, outrageusement, à la majestueuse invitation, pour démentir les intentions louables et nobles de Sa Majesté Le Roi Mohammed VI, prononcées lors de son Discours du 31 juillet 2021. Ceux-ci se sont même permis de culpabiliser le Maroc de mener une guerre de l’information, à travers, notamment, des opérations de diversion, dans l’intention de lui porter préjudice, alors que la réalité est toute autre.

A noter que le voisin, très offusqué et embrouillé par ledit Discours, s’est vite empressé, de confier à ses médias, l’amère tâche de répondre, sauvagement, au Message Royal, oubliant le fait que l’opinion internationale reste très attentive, pour évaluer le niveau décent de tels comportements, qui ne font, in fine, que porter préjudice à l’image de marque des médias et partant, à celle de l’Algérie déjà dépravée.

Sans la moindre éthique et dans un langage mensonger et dénué de tou fondement et logique, ces médias algériens (El Watan, TSA, Liberté, etc.) sautent du coq à l’âne, se discréditant et démontrant, au commun des mortels, que ceux-ci ne sont que des porte-paroles du régime, sans pour autant, apporter le soin de vérifier l’incohérence et l’incompatibilité de leurs écrits avec la réalité.

Et voici que le 4 août 2021, à l’occasion de l’installation du nouveau patron de la gendarmerie algérienne, le chef d’État-major de l’Armée de ce pays voisin vient se substituer à tous les hauts commis algériens, y compris Tebboune, pour s’en prendre –bien qu’indirectement– au Royaume chérifien : «Je voudrais souligner en cette occasion, que les complots et les manœuvres qui se trament contre l’Algérie, et les conspirations échafaudées contre son peuple, desquels nous n’avons cessé de mettre en garde à maintes occasions, ne sont pas le fruit de l’imagination, comme prétendent certains sceptiques, mais sont une réalité désormais évidente et manifeste, dont les dessous sont connus par tous».

Lire aussi | L’Algérie face à ses démons

Feu Sa Majesté le Roi Hassan II– que Dieu repose son âme en paix répondrait à de telles impures réactions, par l’une de ses perspicaces citations, à savoir qu’«Il ne faut pas perdre son temps à avancer des arguments de bonne foi, face à des gens de mauvaise foi». Sauf que la sagesse de Sa Majesté Le Roi Mohammed VI, y va au-delà, car son ingénieuse main tendue vers les gouvernants algériens n’est autre qu’une manière de prouver au monde entier que le Royaume chérifien, est et restera toujours de bonne foi, malgré toutes les mauvaises intentions, et que le Maroc raisonne, en vain, pour l’intérêt des peuples.

Et non pas celui de ceux, assoiffés de pouvoir et en quête incessante de gonfler des comptes bancaires et de s’approprier des avoirs à l’étranger, soit camouflés par la détention de nationalités étrangères ou encore faussement légitimés par des prête-noms (proches parents et amis de confiance), croyant qu’en tant que bénéficiaires effectifs non identifiés, ils échapperaient aux contrôles comptables publiques nationaux et internationaux, alors qu’il s’est avéré, ces dernières années, que plusieurs hauts commis d’États n’ont pas été épargnés de faire l’objet de poursuites judiciaires, voir même d’être incarcérés.

Mehdi Hijaouy est expert en sécurité, défense, stratégie et intelligence économique. Fondateur du Washington Strategic Intelligence Center, Executive MBA en «Stratégie d’Influence, Négociation et Guerre Psychologique» – EGE1, Paris- Executive MBA en « Management des Risques, Sûreté Internationale et Cybersécurité» – EGE, Paris1 Ecole de Guerre Economique.

Tribune et Débats

La tribune qui vous parle d’une actu, d’un sujet qui fait débat, les traite et les analyse. Économistes et autres experts, patrons d’entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s’y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.

Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.

 
Article précédent

JO 2020. La golfeuse Maha Haddioui réussit un magnifique «Hole in One» [Vidéo]

Article suivant

Plan Maroc Vert. L’heure est au bilan [Document]