Dématérialisation

Un terreau d’opportunités pour les entreprises technologiques

C’est un nouveau paradigme dans l’administration publique qui a embrassé le numérique pour être plus proche des citoyens. L’innovation est en train de révolutionner le public, et cela crée une mine d’opportunités aux entreprises opérant dans ce domaine. Dématérialisation ou digitalisation de certains services pour être plus efficace… Tout y passe. « La modernisation et la digitalisation du secteur créent un marché favorable et dynamique pour les entreprises opérant dans le domaine de l’innovation et permettent de donner un vrai coup d’accélération aux initiatives d’innovation dans le pays », analyse un expert. Pour lui, le secteur ne peut plus raisonner comme auparavant, il faut un changement de paradigme dans l’administration publique. Car, le travail en silo, qui caractérise le secteur public, ne permet pas au Royaume de s’inscrire pleinement dans la mondialisation à long terme. « Améliorer la relation entre le citoyen et l’administration passe nécessairement par des changements profonds idéologiques de gouvernance, mais aussi par une modernisation des outils d’accès et d’échanges entre les citoyens et les administrations », souligne, pour sa part Omar Lataoui, Directeur général adjoint de FinaTech qui a organisé à Rabat le 19 janvier la première édition «Smart Gov Meeting», en partenariat avec AOB Group. Il s’agit d’une rencontre qui a réuni plusieurs experts et responsables de l’administration publique marocaine, et qui a permis de traiter de la dématérialisation et son implication dans la transformation digitale des services publics. Il faut dire que la digitalisation des services publics représente un véritable enjeu pour l’économie. Selon une étude du cabinet McKinsey, les bénéfices de la digitalisation du secteur public se chiffreraient chaque année à plus de 1000 milliards de dollars chaque année. Baisse des coûts et amélioration de la performance opérationnelle, meilleure gestion de la fraude, hausse de la productivité, efficience du système, McKinsey explique que les opportunités sont nombreuses. Notre expert souligne que la digitalisation du secteur public permet « d’éclairer les décisions à travers une meilleure maîtrise des données terrain ».


« Ainsi une panoplie de procédures et d’outils innovants, dont le point de départ est la dématérialisation des documents et procédures (techniques d’analyse prédictive, Machine learning, Smart data…), fournit aux décideurs du secteur public une meilleure connaissance du contexte et de l’environnement. Cela permet d’avoir plus de précision sur la manière d’opérer les investissements et aussi sur la mise en place de projets d’envergure dans le pays », poursuit-il. Par exemple, dans le domaine de la Santé, la digitalisation favorise une optimisation du flux de patients dans les hôpitaux, une meilleure gestion de la prise en charge des patients et un pilotage médico-économique plus fin (entre plusieurs organismes du secteur de la santé) du patient ayant un dossier informatisé. Même si les spécialistes du secteur constatent une avancée mitigée de la digitalisation au niveau du secteur public, il n’en demeure pas moins que du chemin a été parcouru. Ainsi, désormais on peut régler ses factures en ligne, payer ses impôts sans forcément se déplacer, et la dernière nouveauté qui consiste à payer la vignette auto en ligne, alors qu’autrefois il fallait aller tôt pour faire la queue au niveau des services spécialisés. Le Royaume, à l’instar des pays occidentaux comme la France, le Royaume-Uni et autres, s’inscrit pleinement dans la transition numérique. Et les entreprises spécialisées dans ce domaine ont compris cela. Aujourd’hui, à part Finatech Group qui accompagne plusieurs administrations dans ce processus, il y a aussi plusieurs entreprises, dont notamment des cabinets, comme Wavestone, spécialisés dans la mise en place de stratégie digitale qui se déploient également.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Le Rallye Maroc Classic sous le haut patronage de SM le Roi

Article suivant

Les cadeaux sont-ils fiscalement déductibles ?