Portuaire

Tourisme de croisière : Tanger a la cote

Le tourisme de croisière dans le monde continue d’augmenter d’année en année avec une prévision en 2019 de plus de 30 millions de voyageurs ayant choisi cette formule de vacances.


La Société de Gestion du Port Tanger Ville (SGPTV) ne cache pas sa satisfaction. La stratégie de développement du tourisme de croisière du Port de Tanger Ville, axée sur l’expérience client, a donné des premiers résultats positifs avec une augmentation des escales de 14,3% en 2019 et une programmation d’escales confirmée de plus de 16% en 2020.

La SGPTV relève que le port a également amélioré sa réputation auprès des armateurs qui font état« d’un excellent travail, accueil et service de la part du Port de Tanger Ville lors des escales ». Ces résultats confortent le Projet de reconversion de la zone portuaire de Tanger Ville qui a comme principal objectif de permettre à la ville du Détroit de se positionner en tant que destination phare du tourisme de croisière et de plaisance à l’échelle internationale.

Lire aussi : SM le roi inaugure deux ports à Tanger

Le tourisme de croisière dans le monde continue d’augmenter d’année en année avec une prévision 2019 de plus de 30 millions de voyageurs ayant choisi cette formule de vacances, ce qui donne lieu à une bataille concurrentielle qui se joue au niveau international avec des opérations marketing et commerciales plus agressives et des budgets régionaux et nationaux visant à influencer les marchés et à attirer les armateurs.

Dans cette optique, une vision stratégique de développement de la croisière dans l’ouest de la Méditerranée a été partagée par les autorités portuaires des trois ports de Tanger, Malaga et Tenerife. Elles ont ainsi décidé de mettre en commun leurs efforts pour inciter les sociétés de croisière à programmer de nouveaux itinéraires dans la région et augmenter le nombre d’escales dans leurs ports respectifs. Un accord sera signé, dans ce sens, entre les trois ports.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Majid Benjelloun : «Le problème du foncier freine nos ambitions à Rabat»

Article suivant

« Ach Waqe3 » : l’actualité décryptée par Jamal Berraoui