Maroc – UE

Tout plaide pour un nouveau partenariat ambitieux

Les relations entre le Maroc et l’Union européenne ont connu des hauts et des bas avec une période marquée par le sceau du marasme. Toutefois, 2019 est annonciatrice d’une bonne reprise et l’on se dirige vers un partenariat ambitieux. Tel est le constat fait par James Moran, ancien conseiller principal pour la région MENA auprès du service d’action extérieure de l’UE. Il a publié son analyse sur le site de la Fondation Euractiv. Vu sa pertinence, Challenge l’a traduite.


Après une période de marasme, cette  année se présente, jusqu’à présent, sous de meilleurs auspices pour les relations UE-Maroc. Au début de 2019, le Parlement européen a approuvé des amendements à l’association UE-Maroc et des accords de pêche qui ont permis de résoudre le différend relatif à l’inclusion du Sahara marocain dans le champ d’application de ces accords.

Cela a contribué à ouvrir la voie à la déclaration commune lors du succès du Conseil d’association en juin dernier, qui énonce un certain nombre d’objectifs ambitieux en matière de sécurité commune, de gestion des migrations, de climat, de commerce et de développement, et dans de nombreux autres domaines. Comme l’a déclaré à l’époque la haute représentante sortante de l’UE, Frederica Mogherini, «nous avons maintenant tourné la page».

Des intérêts communs

Le changement de ton et de fond reflète une réévaluation stratégique des deux côtés de leurs intérêts fondamentaux. Avec la Tunisie et l’Algérie en transition politique, la Libye en proie à des conflits internes et à des insurrections persistantes au Sahel, le Maroc est pour l’UE un exemple rare de stabilité politique dans son voisinage méridional turbulent et s’est révélé être un partenaire fiable et efficace pour contrôler terrorisme et migration. Sur cette dernière, en 2018-2019, quelque 135.000 migrants en situation irrégulière ont été empêchés d’atteindre l’Europe par des voies maritimes au large des côtes marocaines, 38.000 personnes ont été sauvées en mer et plus de 300 réseaux de passeurs ont été démantelés.

Face aux conflits et à l’instabilité qui caractérisent la région de l’Afrique du Nord et, par extension, l’Europe elle-même, l’UE a tout intérêt à apporter son soutien à une solution pacifique au différend sur le  dossier du Sahara. Dans la déclaration commune, elle a salué les efforts « sérieux et crédibles » menés par le Maroc cette fin, sous les auspices de l’ONU.

Les intérêts commerciaux de l’Europe sont également forts au Maroc, avec des volumes importants d’investissements européens, notamment dans l’industrie automobile. Dans l’ensemble, depuis son adhésion à l’Union africaine, Rabat est l’un des partenaires les plus importants de l’UE pour faire avancer sa stratégie pour l’Afrique, qui a été identifiée par l’actuelle présidence finlandaise comme une priorité majeure.

Pour le Maroc, l’UE reste de loin son principal partenaire économique, représentant plus de la moitié de ses échanges et de ses investissements, et entretient des liens très importants avec l’Europe par le biais des importantes communautés d’origine marocaine en Espagne, en France et ailleurs, qui génèrent des revenus importants, envois de fonds et tourisme. Il partage des intérêts dans le contrôle de la migration illégale et du terrorisme, qui peuvent tous deux menacer sa propre stabilité, et dans la lutte contre le changement climatique. Il  a également besoin de la compréhension et du soutien de l’Europe sur la question du Sahara.

Les droits de l’Homme et la démocratie restent un sujet de discorde bien que, par rapport à de nombreux autres pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, le Maroc ait réussi à promouvoir l’inclusion politique et la responsabilisation des gouvernements, domaines dans lesquels le roi Mohammed VI a exercé un leadership fort.

Délai de livraison

Ainsi, les conditions sont maintenant réunies pour un changement radical de relations et il est probable que les nouveaux dirigeants de l’UE, une fois confirmés, comprendront rapidement le potentiel d’une coopération accrue.

En effet, le successeur désigné de Mogherini en tant que Haut représentant, Josep Borrell, se rend fréquemment au Maroc et, en tant que ministre des Affaires étrangères espagnol, il a appelé à l’amélioration des relations et du soutien de l’UE au pays. L’une de ses premières tâches consistera à examiner la politique de voisinage de l’UE, dans laquelle le Maroc est un acteur clé, et compte tenu de son bilan, on peut s’attendre à ce qu’il accorde une grande priorité à la réalisation de la déclaration commune.

Trois domaines méritent une attention urgente

Un retour aux négociations sur un partenariat pour la mobilité, où la contrepartie essentielle impliquera, comme toujours, que l’UE facilite la migration légale des hommes d’affaires, des étudiants et des jeunes travailleurs, en contrepartie pour le Maroc en intensifiant davantage la coopération en matière de contrôle des clandestins, y compris le retour et la réadmission.

Par le passé, cela s’est révélé difficile, notamment en raison de la réticence du Maroc, à l’instar du reste des pays du voisinage méridional, à réadmettre des ressortissants de pays tiers. Pour que cela fonctionne cette fois-ci, l’UE devra sans aucun doute fournir des incitations plus importantes que celles qui existaient déjà, telles qu’un soutien financier au développement et des préférences commerciales.

Le ferme engagement des deux parties en faveur de la convention de Paris signifie que la coopération en matière de changement climatique est un domaine dans lequel les choses pourraient bien se passer : le Maroc est déjà un chef de file dans le domaine des énergies renouvelables (il abrite le plus grand parc solaire au monde) et une augmentation des investissements de l’UE, l’utilisation de subventions sous forme de subventions associée aux prêts de ses banques de développement devrait constituer une priorité absolue.

Dernier point mais non le moindre, les deux parties se sont engagées à relancer les négociations sur un accord de libre-échange approfondi et global (ALEAC). Les négociations sont au point mort depuis 2014 et certains secteurs de l’économie marocaine s’opposent à la crainte d’une ouverture qui mettrait leurs activités en péril.

L’UE doit faire preuve de souplesse dans son approche et une nouvelle offre sera nécessaire si les négociations doivent reprendre. Cependant, il est largement admis qu’un accord de libre-échange approfondi et complet serait un atout majeur pour les investissements étrangers de l’UE et la création d’emplois qui en découlent, un défi majeur pour Rabat dans sa lutte pour faire face à sa «vague de jeunes».

Au total, les deux côtés de la Méditerranée espèrent vivement que 2020 fournira la preuve que le  pudding a bien été cuit en juin dernier. Et pour ce qui est des paris où l’UE peut avoir le plus d’impact positif sur les pays du sud, le Maroc figure en tête de liste ou presque.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Outsourcia s’offre le français Simplify

Article suivant

Kaiss Saïed, nouveau président de la Tunisie