Pandémie

Trafic aérien domestique et international, libre circulation inter-villes, café, restaurant, hammams, malls, plage… : Semaine décisive

A partir de ce dimanche et jusqu’à la fin de la semaine prochaine, des pas de géants seront franchis dans le processus de déconfinement. Celui-ci serait presque total à partir de jeudi 25 juin à zéro heure.


Le gouvernement entame une semaine décisive après l’annonce vendredi par les ministères de l’Intérieur et de la Santé de la deuxième phase du plan d’allègement qui sera marquée par le reclassement à partir de mercredi 24 juin à minuit de toutes les préfectures et provinces dans la zone N°1, à l’exception de celles de Tanger-Assilah, Marrakech, Larache et Kénitra.  Selon ces autorités publiques, ces décisions ont été prises sur la base des résultats du suivi quotidien de la mise en œuvre de la première phase du « plan d’allègement du confinement sanitaire » et après que les « comités de veille et de suivi » aient réalisé une évaluation minutieuse des mesures à exécuter et des conditions et critères sanitaires qui doivent être réunis.

La phase de déconfinement total dans le droit chemin

Pourtant, cette bonne nouvelle faisait suite dans la même journée à la découverte de 539 nouveaux cas de contamination au Covid-19 dont 457 recensés dans des usines de conditionnement de fraises à Lalla Mimouna, soit le bilan quotidien le plus élevé dans le royaume depuis l’annonce du premier cas début mars. D’après le ministère de la santé, la plupart des cas sont « asymptomatiques », ce qui est en soi un moindre mal pour les patients atteints car ils auront de meilleures chances de se rétablir. Depuis aussi, nombreux sont ceux qui se demandent si le gouvernement, en mauvaise posture avec cette nouvelle affaire, ne va-t-il pas revoir ses plans. La réponse est venue hier samedi 20 juin du ministre de l’Intérieur. Abdelouafi Laftit a laissé ainsi entendre que l’objectif est actuellement de faire en sorte que la vie reprenne son cours normal le plus tôt possible, appelant à cet égard les citoyens et citoyennes à respecter toutes les mesures pour lutter contre le virus, y compris la distanciation sociale, le lavage des mains et le port des masques de protection, outre le téléchargement de l’application « wiqaytna ».  Il a précisé par ailleurs qu’il ne faut pas sous-estimer l’apparition de foyers épidémiologiques, mais sans que cela ne constitue une source de panique. Il s’agit de cohabiter avec le virus selon les exigences de l’heure, dit-il avant d’ajouter qu’un retour aux restrictions sanitaires sera opéré dans toute région qui verra l’apparition de foyers épidémiologiques. Alliant l’acte à la parole, le même jour, Laftit a durci les restrictions de précaution et les mesures préventives dans certaines communes des provinces de Larache, Ouazzane et Kénitra, et ce suite à l’apparition de nouveaux foyers épidémiologiques dans des unités de production. C’est ainsi qu’il a été procédé à la fermeture des entrées de ces communes et au renforcement du contrôle pour que les personnes qui s’y trouvent ne quittent leurs domiciles qu’en cas de nécessité extrême tout en prenant les précautions nécessaires.

Lire aussi|Coronavirus : 118 nouveaux cas et 8249 guérisons au total, dimanche 21 juin à 10H00

Outre les habitants de ces communes, les Tangérois et les Marrakchis qui devront encore patienter, c’est toutes les autres préfectures et provinces du pays qui seront dans la zone d’allègement à partir du 24 juin à minuit. Pour les nouvelles reclassées comme Casablanca ou Rabat, par exemple, qui sont actuellement en zone 2, les restrictions de déplacement seront totalement levées. Les espaces publics à ciel ouvert et les activités sportives de plein air seront autorisés. Idem pour les salons de coiffure et de beauté qui pourront rouvrir également, mais devront veiller néanmoins à ce que leur taux de  remplissage ne dépasse pas les 50%. Mais grande nouveauté : les habitants de ces villes pourront se déplacer au sein de leur région de résidence sans demander d’autorisation de sortie. La simple présentation de la carte d’identité suffira en cas de contrôle.

Reprise des vols domestiques et du transport ferroviaire

Autre pas géant vers un déconfinement total : les déplacements inter-provinces seront désormais possible au courant de la semaine. Selon Abdelkader Amara, répondant à des commentaires d’internautes sur sa page Facebook, les vols domestiques et le transport ferroviaire au Maroc, suspendus à cause de la pandémie du coronavirus, vont reprendre leurs activités le 25 juin courant.  Le ministre de l’Equipement et des Transports a ainsi confirmé la reprise, dès jeudi prochain, des vols domestiques, du transport ferroviaire et du transport routier de voyageurs. A noter que Le ministère avait établi un cahier des charges pour le secteur du transport routier des passagers dans le but de gérer les risques liés au coronavirus dans le cadre de la décision des autorités publiques visant à alléger les mesures de confinement. Il sera ainsi possible de voyager entre les provinces classées « vertes ».

Vols internationaux : enfin une date !

Cette possibilité de se déplacer de ville en ville, devrait donner du baume au cœur aux professionnels du tourisme qui comptent beaucoup sur les nationaux pour relancer leurs activités d’autant plus qu’ils sont autorisé à reprendre leurs activités à partir de jeudi 25 juin à zéro heure, à condition de ne pas dépasser 50% de la capacité d’accueil et de restauration.

Ces opérateurs touristiques, représentés par la Confédération nationale du tourisme (CNT) ont rencontré vendredi le chef de gouvernement, Saâd-Eddine El Othmani, et le ministre du Tourisme afin d’étudier les pistes relatives au bon déroulement de cette reprise. En allant à cette séance de travail, ces professionnels espéraient en sortir avec au moins une date pour  la réouverture des frontières afin d’éviter une mort clinique de leur secteur. Ils partiront sans non seulement sans aucune promesse de la part du chef de l’Exécutif, mais sans aussi cette fameuse date qui selon eux, permettra aux compagnies aériennes de réserver leurs slots ou encore aux tours opérateurs (TO) de préparer leurs offres, sinon ils iront ailleurs. Toutes les destinations touristiques concurrentes sont à pied d’œuvre pour la reprise de leur activité en communiquant d’abord sur la réouverture de leur ciel et celle des établissements et lieux touristiques. La Tunisie, la Grèce, la Turquie sont en train de remplir leurs carnets de commandes, regrettent-ils. Ce n’est pas seulement, la CNT qui fait la « pression » pour la reprise des vols internationaux. Dans une correspondance datée du 17 juin adressée à la ministre du Tourisme et du Transport aérien, Jean-Pierre Mas et René-Marc Chikli, respectivement président des Entreprises du voyage (EDV) et président du Syndicat des Entreprises du tour-operating (SETO) demandent à Nadia Fettah d’appuyer leur demande de réouverture des frontières marocaines « avant la période de pointe de l’été ». « Nous vous demandons très respectueusement d’appuyer notre demande de réouverture des frontières du royaume du Maroc avant la période de pointe de l’été », ont-ils écrit à la ministre, assurant que « les protocoles sanitaires contribueront très efficacement à sécuriser les voyages ».

Pourtant, selon une source proche du gouvernement, au plus tard en fin de semaine prochaine, le Maroc devrait annoncer une réouverture progressive à partir du 10 juillet. Cette dernière sera différenciée selon la situation sanitaire des différents pays ; autrement dit au cas par cas. Quoi qu’il en soit, le SETO, lui, se veut montre optimiste. « La reprise des départs au plus tôt le 1er juillet 2020 et à compter de l’ouverture des frontières décidée par l’Union européenne pour les destinations dont les conditions sanitaires le permettent, ce qui devrait être le cas de la Tunisie au 1er juillet et probablement du Maroc », recommande le syndicat qui regroupe quelque 70 des plus importants tour-opérateurs du marché français, à ses membres.

Cafés, restaurants, centres commerciaux, malls, kissariats,  salles de sports, hammams, plages…, retour à la normale

Si depuis le 11 juin et sur tout le territoire national, il y a eu les assouplissements qui concernent la reprise des activités économiques à l’échelle nationale englobant les industries, les commerces, l’artisanat, les activités de proximité et les petits métiers, le commerce de proximité, les professions libérales et assimilées les marchés hebdomadaires, un autre grand pas sera franchi à ce niveau à partir de jeudi 25 juin à zéro heure, selon les ministères de l’Intérieur, de la Santé et du Commerce et de l’Industrie, dans un communiqué conjoint diffusé ce dimanche 21 juin. C’est ainsi que les cafés et les restaurants pourront servir sur place, sans dépasser 50% de leur capacité. Idem pour les centres commerciaux, les malls, les kissariats, qui pourront reprendre leurs activités commerciales, selon des conditions précises qui seront exposées par ailleurs. Les centres de loisirs et de divertissements, comme les salles de sports, les hammams, ne seront pas en reste. Ils ouvriront également à cette date, sans dépasser également la limite de 50% de la capacité d’accueil.

Lire aussi|Consulats français au Maroc : ce qu’il faut savoir sur les demandes de visas

 
Article précédent

Docteur24, la plateforme d’aide au dépistage en ligne au Maroc

Article suivant

Uri Dadush : "la substitution des importations est une entreprise risquée"