Economie numérique

Transformation digitale : la CDG passe à la vitesse supérieure

Organisme de sécurisation de l’épargne nationale et investisseur institutionnel majeur au service du développement du Maroc depuis plus de 60 ans, la Caisse de Dépôt et de Gestion (CDG) a accéléré ces dernières années sa transformation digitale sous l’impulsion de son Directeur général, M. Abdelatif Zaghnoun. L’objectif étant de permettre au Groupe de se connecter davantage aussi bien en interne, pour ses collaborateurs et ses filiales, qu’en externe, à destination du citoyen, des fournisseurs, des services de l’État et des partenaires économiques. Comment et pourquoi le processus de digitalisation au sein de la CDG a été mis en place ? Quelle est sa valeur ajoutée en interne ? Premiers éléments de réponses à travers cet article.


C’est une réalité implacable : le volet digitalisation dans la sphère entrepreneuriale constitue de nos jours une nouvelle donne qui bouleverse tous les pans de l’économie mondiale. Et pour cause ; le numérique se veut un puissant levier de transformation. En effet, tirer parti des opportunités qu’offre la technologie permet d’accroître sa compétitivité, tout en renforçant sa profitabilité. Toujours est-il que pour arriver à un tel résultat, le processus peut s’avérer à la fois délicat s’il n’est pas bien géré, qui plus est, pour un organisme de la taille de la CDG. Car opter pour la digitalisation de ces services requiert, entre autres, d’automatiser une multitude de process, de faire émerger de nouvelles sources de création de valeur, de sensibiliser ses collaborateurs à d’inédites méthodes de travail, de redéfinir son cœur de métier, de pivoter vers d’autres marchés ou encore d’adresser différemment sa clientèle…

Ce qui nécessite une réflexion extrêmement minutieuse et stratégique bien ficelée pour que cette conversion au tout numérique soit un franc succès. En la matière, la CDG s’est donné réellement les moyens de mener à bien cette mutation numérique, tant au niveau de ses collaborateurs que des filiales du Groupe. Et ce n’est pas tout, car la Caisse entend déployer à l’attention de ses clients, fournisseurs et autres partenaires de nouveaux services digitaux tout en mettant à leurs dispositions son savoir-faire numérique récemment acquis. À titre d’exemple, l’organisme public et le Conseil national de l’Ordre des notaires du Maroc ont signé une convention sur la digitalisation des échanges d’informations entre les études notariales et la Caisse, le service résultant de ce partenariat étant déjà opérationnel depuis janvier dernier.

Lire aussi | CDG injecte 700 MDH dans sa filiale CDG Développement

Par ailleurs, les notaires qui sont clients de la CDG peuvent depuis 2017 accéder aisément à leurs comptes dépôts et règlements via la banque digitale de cette même CDG. Faut-il souligner qu’en tant qu’organisme public qui occupe une place prépondérante dans l’économie nationale, la Caisse entend contribuer pleinement à la transformation numérique du Maroc.

Des valeurs clés nécessaires à la transformation

Cinq valeurs clés sont venues ponctuer la réflexion stratégique du management de la CDG, à savoir l’innovation, l’intelligence collective, le partage, la synergie et la mutualisation. «Clairement, pour mener à bien cette transformation numérique, nous avons dû revoir en profondeur notre modèle de fonctionnement courant 2017», nous a précisé Khalid El Bouzid. Et le Directeur du Pôle Transformation Digitale Organisation et Processus de la CDG de poursuivre : «l’objectif stratégique consiste à opérer une transformation globale dont le digital est l’un des principaux leviers. Ainsi, il a fallu revisiter la totalité de nos processus et services avec un esprit critique, intégrer l’expérience client et l’expérience collaborateur, repenser et redéfinir notre modèle de fonctionnement en tenant compte des grandes possibilités offertes par la technologie».  

De quoi permettre au management de comprendre l’existant, de définir une vision de la transformation digitale et surtout d’identifier les écarts pouvant exister entre une «CDG à digitaliser et une CDG pleinement digitale». Par ailleurs, une feuille de route avec les axes et les alignements stratégiques a été élaborée. «Une batterie de réflexion et d’orientation stratégique qui nous ont permis d’amorcer la première phase de notre digitalisation courant 2017», précise notre interlocuteur.

En ce début d’année 2020, la CDG a poursuivi tambour battant sa feuille de route en matière de transformation digitale.

Un cheminement digital qui s’est poursuivi entre 2018 et 2019 et qui a vu l’efficacité opérationnelle de la CDG et du Groupe se maximiser ; de même que les procédés de traitement ont été réinventés et digitalisés. Par ailleurs, cette période a vu la mise en place d’une infrastructure d’information «virtualisée» dite «hyper-convergée», adaptée à la stratégie de la synergie technologique et à la construction des services partagés et du «Cloud» du Groupe CDG. Cette infrastructure a été complétée par la construction d’un «data center» souverain porté par la filiale technologique ES-CDG (DXC Technology Maroc), dont le siège se trouve en plein cœur de Rabat Technopolis. Faut-il ajouter que ES-CDG résulte d’une joint-venture entre la CDG et le groupe DXC Technology, opérateur de premier rang mondial.

Lire aussi | CIH obtient 40 M€ de la BERD pour les PME marocaines

A noter que l’Interopérabilité avec les services de l’État, la sécurisation du volet transformation et l’optimisation de la gestion de contenu ont été quelques-uns des objectifs atteints courant 2018-2019. Enfin, le décloisonnement et l’optimisation des interactions entre les structures, l’importance de positionner le client/citoyen au centre de la stratégie, la transformation des usages et l’ancrage de la synergie du Groupe ont été, là aussi, quelques axes prioritaires atteints durant cette période.

Des ambitions claires en 2021

Et en ce début d’année 2020, la Caisse a poursuivi tambour battant sa feuille de route en matière de transformation digitale. En effet, l’organisation et les process internes, les normes, méthodes et gouvernances digitales sont opérationnelles. De même que les outils technologiques, les échanges collaboratifs et transverses, le business digitalisé, mais aussi le contrôle, le pilotage et la gouvernance, tous digitalisés, ont été mis en place. Pour autant, la transition numérique de la CDG ne s’arrête pas en si bon chemin puisqu’en 2021, le Groupe aspire à être totalement connecté, avec à l’appui, des services partagés. L’ensemble des filiales de la Caisse entendent disposer d’un «Cloud» général, en plus de normes, de méthodes et d’une gouvernance digitale. Ajoutez-y un «BigData» estampillé Groupe CDG.

«Avoir un centre de service partagé permet à notre groupe de fonctionner sur certains process de la même manière. C’est aussi l’occasion d’avoir un ensemble d’approches consolidées en termes de pilotage et en termes de contrôle. Ce qui nous permet aussi d’optimiser les coûts par la synergie et d’orienter les budgets vers plus d’innovation, de nous aligner sur un standard groupe et de faire profiter l’ensemble des entités de la bonne pratique et de l’innovation là où elle se trouve et où le principe de propriété cède la place à celui du partage», conclut M. El Bouzid.

Lire aussi | L’américain Adient lance une deuxième usine au Maroc

Un virage digital déterminant en interne, mais qui l’est tout autant en externe comme nous l’avons mis en exergue ci-dessus, notamment pour le citoyen, la clientèle, les fournisseurs et les partenaires de la CDG. Une thématique qui fera justement l’objet de notre prochain article.

 
Article précédent

Ciments Modernes étend son voile en Côte d’Ivoire avec une nouvelle cimenterie

Article suivant

Pourquoi le vaccin russe a déclenché autant d'animosité en Occident ?