Coopération

Transformation digitale : le Maroc et le Luxembourg signent un accord de collaboration

Le Maroc et le Luxembourg ont signé le 25 janvier une déclaration d’intention pour collaborer dans le domaine du digital. Cet accord vise globalement à permettre aux deux parties de collaborer plus étroitement en matière de transformation digitale, et aussi de promouvoir l’innovation pour l’amélioration des services publics digitaux.


Signé lors d’une visioconférence entre le ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Economie numérique, Moulay Hafid Elalamy et le vice-ministre de la Digitalisation du Luxembourg, Mark Hansen, cet accord constitue une déclaration d’intention des deux parties à œuvrer main dans la main, et plus étroitement, dans le domaine du digital. Notons qu’après la mission économique luxembourgeoise qui s’est tenue en 2019, le ministère de la Digitalisation, le Centre national pour l’information et la technologie (CTIE) et l’Agence marocaine de développement du digital (ADD) ont poursuivi les discussions qui ont permis d’identifier de potentiels domaines de collaboration entre les deux pays, qui ont fait de la transformation digitale une priorité pour la modernisation de leurs administrations publiques, pour la promotion de l’innovation et l’amélioration de la qualité de vie de leurs respectifs citoyens.

Lire aussi| Innovation : lancement d’un appel à candidatures pour l’incubation de startups en faveur du climat

En vertu de cette déclaration d’intention, le Maroc et le Luxembourg entendent partager leurs expertises dans le domaine de la digitalisation des services publics. De même, cette coopération prendra en compte les domaines tels que l’inclusion digitale, les infrastructures digitales et la confiance digitale. Force est de souligner que cette collaboration ouvre la voie aussi à la coopération dans le domaine de l’innovation et la modernisation des services publics digitaux, en particulier entre le GovTech Lab du ministère luxembourgeois de la Digitalisation/ CTIE et l’ l’Agence de développement du digital (ADD).

Lire aussi| Cyberattaques : comment Maroc Télécom booste la protection des Marocains

 
Article précédent

Replay. L’émission « Ach Waqe3 » du mardi 26 janvier 2021

Article suivant

Coronavirus : au moins 16% des entreprises en arrêt définitif ou temporaire au terme du 2nd semestre 2020