Grande distribution

Transformation digitale : Marjane Holding passe à la vitesse supérieure

Marjane Holding accélère sa transformation digitale avec l’ambition de se positionner comme le premier acteur avant-gardiste de la distribution omnicanal dans le Royaume.


Depuis juillet 2020 Marjane Holding a lancé son e-commerce, avec une expérience client aux standards internationaux tant technologiquement qu’en termes de services offerts et ce, en mode industriel.  » Demain une partie de notre métier en tant que commerçant sera technologique et digitale. C’est pour cela que depuis quelques années nous intégrons la digitalisation dans nos activités avec, en 2020, une véritable accélération de la prise en compte de la dimension numérique et de l’implémentation de l’omnicanalité au cœur de toutes nos activités et ce, en lien avec la transformation profonde qui touche nos clients et leurs modes de consommation. » Précise Ayoub Azami, Président Directeur Général de Marjane Holding.

Une première au Maroc, l’e-commerce de Marjane Holding permet à ses clients de faire leurs courses parmi une sélection de 6 000 articles à prix magasin avec des stocks remis à jour en temps réel. Les clients peuvent ainsi choisir et commander leurs courses qui sont alors livrées à domicile le jour même en fonction des créneaux horaires choisis, dans des véhicules réfrigérés. Il propose ainsi le paiement en ligne, avec une spécificité qui consiste à ce que le client ne soit débité qu’après réception et acceptation de sa livraison. Le paiement peut également être réalisé à la livraison, et peut se faire par carte bancaire auprès des livreurs de Marjane tous équipés de TPE. De nombreuses fonctionnalités ont été développées permettant au client de consulter son espace fidélité, ses historiques d’achat en magasin ou en ligne et toutes ses offres personnalisées.

Lire aussi|Commerce et industrie : Renault Maroc consolide son leadership

Après 4 mois de lancement grand public, le e-commerce Marjane Holding, est disponible dans 5 villes (Casablanca, Mohammedia, Marrakech, Rabat, Salé). Le taux de satisfaction des clients dépasse les 90%, l’application mobile a généré plus de 600 000 téléchargements avec près de 400 000 utilisateurs actifs chaque mois. Le e-commerce a permis ainsi la création de plus de 100 emplois depuis son lancement, précise le Holding dans un communiqué.

Le groupe a investi dans la digitalisation de ses filiales (Marjane, Marjane Market…), près de 250 millions de dirhams depuis 2018. Pour accompagner, voire même parfois transformer les modes de consommation, Marjane Holding a défini une «roadmap» digitale à travers laquelle le groupe entend driver le marché. Cette feuille de route s’articule autour d’un autre objectif stratégique et structurant : faire de la connaissance client un atout compétitif et différenciant. « Une meilleure connaissance de nos clients va nous permettre de soutenir durablement notre mission, à savoir servir un maximum de Marocains en leur proposant un large choix de produits qui répondent à leurs besoins, dans les meilleures conditions tarifaires et avec la meilleure expérience client », déclare Ayoub Azami.

Lire aussi|Partenariat de raison entre la marocaine SINTRAM et le norvégien SN Power

Marjane Holding s’appuie sur la force d’un réseau de plus de 120 points de vente dans 30 villes en créant une synergie entre ses canaux physiques et digitaux. Cette approche permet d’opérer la transformation progressive d’un marketing de masse à un marketing personnalisé, de manière à répondre plus précisément aux besoins de chaque client.

La transformation numérique de Marjane Holding se concrétise aussi sur toute sa chaîne de valeur. La Supply Chain du groupe a ainsi été entièrement revue. Marjane Holding a investi près de 130 millions de dirhams pour centraliser sa chaîne logistique et la digitaliser avec, entre autres exemples, des processus à commande vocale et un guidage par intelligence artificielle.

 
Article précédent

Vaccination : le gouvernement envisage aussi d'autres mesures pour éviter les rechutes

Article suivant

E-paiement : une progression de 46% de l’activité en 2020