Nouveau gouvernement

Transformation digitale. Voici ce que prévoit le gouvernement Akhannouch

Le nouvel Exécutif veut mettre les bouchées doubles sur la transformation digitale du Maroc. Dans ce sens, plusieurs chantiers visant à accélérer la cadence sont prévus.


Aziz Akhannouch, le Chef du gouvernement, a récemment présenté son programme gouvernemental devant les deux chambres du parlement. Dans le domaine de la transformation digitale, ce programme comporte un certain nombre de chantiers qui visent à donner un coup d’accélérateur à ce qui existe jusque-là. La feuille de route de l’Exécutif propose en effet quatre grands axes pour approfondir et accélérer la transformation digitale du Maroc.

Lire aussi | Croissance. Le FMI revoit ses prévisions à la hausse pour l’économie marocaine

Il s’agit tout d’abord de l’exécution des plans de digitalisation des secteurs de la Santé et de l’Education, dans la perspective d’améliorer la qualité de ces deux services publics de base, avec la réduction des disparités régionales en matières d’accès. Le deuxième axe concerne l’utilisation des paiements mobiles pour la distribution des aides sociales afin de promouvoir l’inclusion financière. Ceci sera fera à travers le registre social unifié, qui permettra d’utiliser des programmes d’aide sociale pour encourager le paiement électronique sur une vaste échelle en effectuant les transferts par voie électronique.

De même, le gouvernement estime que le fait de donner aux programmes sociaux le rôle de moteur de la transformation digitale, permettra d’atteindre l’ambition d’un Maroc à la fois solidaire et numérique. Le troisième point du programme, pour sa part, vise à généraliser la digitalisation de l’administration publique dans le but de la rendre plus proche et plus efficace.

« Un accompagnement gratuit sera mis à disposition des citoyens ne disposant pas d’équipements adaptés ou d’un niveau suffisant de connaissances numériques, dans les succursales de proximité, appelées maison de famille », précise le gouvernement, ajoutant que ces succursales seront autorisées à proposer des services d’accompagnement relatifs au mobile banking et à s’associer avec des agences de transfert d’argent pour effectuer des transactions administratives.

Lire aussi | Chambre des représentants: deux séances plénières mercredi consacrées à la discussion et au vote du programme gouvernemental

Et le dernier axe consiste à fournir des services numériques à haut débit pour  réduire la fracture numérique entre la population et améliorer la productivité des entreprises marocaines. Dans ce sens, le gouvernement propose, par exemple, d’inciter les entreprises opérant dans le secteur à installer les fils à très haut débit pour Internet dans les résidences lors de leur rénovation ou construction, comme le recommande le rapport sur nouveau modèle de développement.

 
Article précédent

Évolution du coronavirus au Maroc. 566 nouveaux cas, 939.922 au total, mardi 12 octobre 2021 à 16 heures

Article suivant

Collectivités territoriales : un nouveau pas vers la bonne gouvernance