Classement

Trois entreprises marocaines dans le Top 100 des entreprises de la région MENA

Les groupes marocains réussissent à tirer leur épingle du jeu au sein du classement 2021 du magazine Forbes Moyen-Orient dominé par les pays du Golfe. Trois sociétés marocaines figurent dans ce Top 100 des entreprises de la région MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord).


Attijariwafa Bank, la Banque Centrale Populaire et LafargeHolcim Maroc, ces trois groupes marocains figurent dans le top 100 des entreprises les plus compétitives de la région MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord), publié par le magazine Forbes Middle East. La présence de deux banques marocaines dans le classement (sur trois entreprises classées) atteste ainsi de la bonne santé du secteur dans le Royaume.  De tels résultats sont le fruit d’une stratégie employée par les banques marocaines, celle de la conquête de nouveaux marchés. 

Attijariwafa Bank, première banque du Royaume et quatrième du continent africain, a été classée par Forbes Moyen-Orient au 16ème rang sur sa liste avec un actif de 64,5 milliards de dollars et un résultat de 420 millions de dollars en 2020. Quant au Groupe BCP, il arrive 31ème rang sur cette liste de Forbes avec un actif de 49,9 milliards de dollars et un résultat de 144 millions de dollars en 2020. LafargeHolcim Maroc, dont les opérations couvrent principalement le ciment et le béton,  a été classé au 73ème rang dans le classement avec un actif de 2,3 milliards de dollars et un résultat de 169 millions de dollars en 2020.

Lire aussi | Le Maroc établit deux listes pour l’ouverture de son espace aérien

Il faut dire, que les deux secteurs des entreprises marocaines classées sont par ailleurs à l’image des deux secteurs les plus présents dans le top 100. Rien que le secteur bancaire et financier, il est représenté dans la liste avec 42 entreprises. Cinq des 10 premières entreprises sont des banques. Les secteurs de l’immobilier et de la construction et de l’industrie arrivent en deuxième position avec 10 sociétés chacun. Les télécommunications arrivent en troisième position avec neuf entreprises. Une répartition des domaines économiques qui illustre bien la stratégie des pays du Golfe engagée depuis quelques décennies, celle de la diversification de l’économie, indispensable face à la menace de la disparition de la manne pétrolière.  

Lire aussi | Maghreb : l’Europe devrait cesser de se penser comme une forteresse

Pour établir un tel classement, Forbes a collecté des données auprès des bourses cotées de 11 pays (l’Arabie saoudite, le Qatar, les Émirats arabes unis, Oman, Bahreïn, le Koweït, la Jordanie, le Liban,  le Maroc, la Tunisie et l’Égypte), et considéré quatre grands facteurs : les ventes, les bénéfices nets, le total des actifs, et la valeur du marché. Le total des valeurs marchandes des 100 entreprises du classement s’élève en conséquence à 3000 milliards de dollars, ce qui représente une hausse de 30,4 % par rapport à l’année précédente.  Au total, 93% des entreprises ont montré une augmentation de leur valeur de marché par rapport à 2020, et 62% des entreprises ont pu augmenter la valeur de leurs actifs.

Lire aussi | BFO Partners, la foncière qui monte au sein du groupe Bouzouba

Quid des leaders du classement ? Les pays du Golfe dominent largement le classement, la première place en terme du nombre de sociétés classées revenant à l’Arabie saoudite, avec 37 sociétés (Saudi Aramco au premier rang du Top 100), suivi des Émirats arabes unis avec 20 entreprises (First Abu Dhabi Bank au 4 ème rang). Le Qatar arrive à la troisième place avec 17 entreprises (QNB culmine la deuxième place du Top 100).

 
Article précédent

Le Maroc établit deux listes pour l'ouverture de son espace aérien

Article suivant

L'Espagne ouvre ses frontières aux vaccinés