Automobile

Trophées de l’automobile : Peugeot signe un triplé

Après la 3008 en 2018 et la 508 en 2019, c’est au tour de la Peugeot 208 d’être sacrée voiture de l’année 2020 lors de la 11ème édition des Trophées de l’automobile organisée par le magazine Autonews.


Au terme des essais dynamiques, le jury, composé de journalistes, professionnels et experts en automobile, a eu à départager les cinq voitures finalistes après un vote de quelque 53.800 internautes, à savoir la BMW Série 3, la Citroën C5 Aircross, Hyundai Accent, la Peugeot 208 et la Range Rover Evoque. Et c’est finalement la Peugeot 208 qui a émergé du lot.

« La Peugeot 208 est produite au Maroc. C’est donc un réel plaisir de la voir remporter ce Trophée », s’est félicitée la directrice générale du magazine Autonews, Fatima Ouriaghli, ajoutant que c’est un honneur pour le Maroc d’avoir une voiture de fabrication nationale ayant réussi à relever le défi de la concurrence face à de très puissantes voitures. Ce Prix témoigne aussi de la place qu’occupe la Maroc dans l’industrie de l’automobile à l’échelle internationale comme étant un pays qui fabrique des produits de « grande valeur », a-t-elle affirmé.

Lire aussi : Peugeot 208 : sa commercialisation débute incessamment

De son côté, Younes Saih, membre du jury et expert en automobile auprès de compagnies d’assurances marocaines, a expliqué qu’après le vote des internautes, les cinq voitures finalistes ont été soumises à de nombreux tests techniques effectués par les membres du jury, consistant en une conduite sur route et devant répondre à un certain nombre de critères, notamment celui relatif à la sécurité, à l’équipement, à l’esthétique, mais aussi à l’environnement.

Pour Yves Bey-Rozet, doyen de la presse automobile française et membre du jury, le choix s’est basé essentiellement sur le progrès réalisé d’un modèle à l’autre et sur la concurrence au marché, étant donné que les gammes sont incomparables.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Les chiffres de l’ACAPS sont inquiétants

Article suivant

Alexandra Montant : "Le cadre marocain n’est pas motivé en premier par le salaire"