Monde

Trump largement favori en 2020, d’après des prédictions

Le Président Donald Trump parait vraisemblablement sur la voie d’une victoire « sans appel » pour un second mandant, à l’issue de l’élection présidentielle de 2020, selon les prédictions faites sur la base d’une multitude de modèles économiques ayant par le passé désigné avec succès les vainqueurs et les perdants des scrutins présidentiels, rapporte jeudi le journal Politico.


« Si les élections avaient lieu aujourd’hui, Trump s’envolerait vraisemblablement vers un second mandat à la faveur d’un ras de marée électoral”, prédisent ces modèles qui créditent la bonne santé actuelle de l’économie américaine, un taux de chômage historiquement bas, des salaires qui prennent une trajectoire ascendante, ainsi que la baisse des prix du carburant à la pompe, outre l’avantage historique dont dispose naturellement les présidents sortants.

Bien que le chef de l’exécutif US parait dans une position bien plus confortable que ne le suggèrent les sondages et les opinions qui circulent dans le microcosme washingtonien, son succès en 2020 dépend bien évidemment du maintien de l’état actuel de l’économie américaine, comme le prédisent d’ailleurs plusieurs analystes, relève Politico.

“L’économie se trouve dans une très forte phase, en ce moment, ce qui a permis, historiquement, aux présidents sortants de se faire réélire à tous les coups”, souligne Donald Luskin, chef du département des investissements chez Trend Macrolytics, un cabinet de recherche dont le modèle avait réussi à prédire la victoire de Trump en 2016, malgré une écrasante majorité de sondage affirmant le contraire.

Ray Fair, un économiste à l’Université de Yale, l’un des pionniers de ces modèles de pronostics, abonde dans le même sens et prédit une victoire par une marge confortable de Trump lors de la prochaine présidentielle, sur la base de la bonne santé de l’économie et des avantages exclusifs propres aux présidents sortants.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Elle fait l’actu : Nadia Fassi Fehri, PDG de inwi

Article suivant

La révolution « Evoque » débarque au Maroc