Transport

Uber Maroc, dans la ligne de mire des taximans Casablancais

Suite à la grève générale tenue mardi 26 janvier, par les chauffeurs de taxi français, c’est au tour des chauffeurs de taxi Casablancais d’organiser une grève dans les jours à venir pour protester contre l’activité d’Uber Maroc.


Récemment, l’UMT, a déposé une fois de plus une plainte auprès du procureur du roi contre l’activité d’Uber Maroc, laquelle, selon le syndicat, exerce dans l’illégalité. Un responsable de l’UMT  nous a déclaré que la seule solution pour dépasser ce conflit, est la cession de l’activité d’Uber. Toujours selon le responsable, » il s’agit d’une concurrence acharnée et déloyale ».

Selon une source bien informée, l’activité d’Uber est  illégale dans le sens où la société californienne exerce le métier d’une agence de voyage en mettant en contact le client avec un transporteur tout en assurant sa commission. Et pour qu’elle exerce de cette façon, une demande d’autorisation doit lui être octroyée par le ministère de l’Equipement et du Transport, ainsi que le ministère du Tourisme. Or,  l’entreprise n’a déposé aucune demande d’autorisation.

Le bras de fer a commencé il y a plus de 4 mois, depuis le lancement d’Uber Maroc. La Wilaya avait même remis un dossier au Parquet général pour ouvrir une enquête relative à la légitimité des activités de la société spécialisée dans le transport.

Ainsi, une enquête à été lancée par le procureur du roi, pour inspecter sur la légitimité d’Uber. Contactée par Challenge.ma, Meryem Belqziz, Directrice Générale d’Uber Maroc, parait confiante, et se dit « très optimiste » par les prochains résultats de l’enquête et nous confie « qu’en réalité, les nouvelles technologies bousculent les vieilles habitudes, c’est le cas d’ailleurs des taxis face au succès d’Uber ».

« Pour régler ce différend une fois pour toute, une bonne discussion avec les parties prenantes s’impose », enchaîne la DG d’Uber Maroc.

En attendant les résultats de l’enquête, les chauffeurs de taxi sont bien déterminés à  mener ce bras de fer contre Uber Maroc et d’autres sociétés de transport,  notamment ITaxi, Careem …..

 

 

 

 
Article précédent

"Le Front National fabrique du Made In Maroc"

Article suivant

Un Fonds de Garantie pour accélérer la cadence de réalisation du produit balnéaire