Tribune et Débats

Un autre Charles de Foucauld est parmi nous [Par Mohamed Salah Tamek]

En marge de l’audience judiciaire tenue le 22 juin 2021 à la Cour d’appel de Casablanca dans le cadre de l’affaire de droit commun dans laquelle le détenu Soleiman Raissouni est poursuivi pour viol et séquestration, Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters Sans Frontières (RSF), a tenu publiquement des propos au sujet desquels il faut noter quelques observations.  


Les déclarations de l’intéressé sont sous-tendues par l’arrière-pensée ou le parti pris qui laisse comprendre que le détenu concerné est incarcéré pour des motifs autres que l’accusation de viol et de séquestration pour laquelle il est poursuivi en justice. Raison pour quoi il a ignoré complètement les droits de l’autre partie dans cette affaire et a coordonné et s’est réuni avec des personnes appartenant à un clan connu pour son scepticisme et son nihilisme.

Il a affiché une attitude méprisante à l’égard du système de justice marocain en requalifiant indirectement l’affaire en question en termes de violation de la liberté de la presse, insinuant par là même qu’au Maroc la justice est instrumentalisée et la liberté d’expression et de presse bafouée. Dans son attitude de donneur de leçons et de colon civilisateur, l’intéressé semble avoir perdu de vue que le Royaume du Maroc est un Etat souverain doté d’une autorité judiciaire dont l’autonomie est constitutionnellement garantie.

Lire aussi | Reprise économique. Les incertitudes d’Abdellatif Jouahri, Wali de Bank Al-Maghrib

Il aurait dû se départir de sa partialité et se demander pourquoi il a pris la peine de venir au Maroc pour défendre deux journalistes impliqués dans des affaires de mœurs et de ne répondre à des personnes comme Radi Leili, Mostapha Adib et Zakaria Moumni qui bénéficient de temps d’antenne dans les médias français pour tenir des propos par lesquels ils cherchent à présenter le Royaume sous un jour sombre.

L’intéressé se permet en tant que secrétaire général de RSF de donner des leçons de morale au Royaume en matière de libertés et de droits de l’homme, alors même qu’il connait pertinemment que cette organisation au passé si peu glorieux (dérive extrêmise de son ex- secrétaire général) a besoin elle-même de lifting moral.

Mohamed Salah Tamek, patriote marocain

Tribune et Débats

La tribune qui vous parle d’une actu, d’un sujet qui fait débat, les traite et les analyse. Économistes et autres experts, patrons d’entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s’y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.

Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.

 
Article précédent

Chakib Benabdellah, nouveau président du conseil national de l’Ordre des architectes

Article suivant

Maroc. Les listes A et B mises à jour au moins deux fois par mois